Wall Street termine encore dans le rouge

Le Dow Jones a perdu 0,16 % à 10.303,15 points. Le Nasdaq des valeurs technologiques s’est incliné de 0,77 % à 2.173,48 points, et le S & P500 a lâché 0,40% à 1.079,25 points. Cause de ces baisses: la publication d'indicateurs en demi-teinte aux Etats-Unis.

Plusieurs acquisitions dans les secteurs de l’énergie et de la technologie ont animé Wall Street, ainsi que des résultats de sociétés décevants dans la distribution. Les indicateurs du jour (l’indice de la confiance des consommateurs américains, les ventes de détail et les prix à la consommation) ont confirmé le constat d’une reprise en train de ralentir.

Le Dow Jones a perdu 0,16 % à 10.303,15 points.

Le Nasdaq des valeurs technologiques s’est incliné de 0,77 % à 2.173,48 points.

Le S&P500 a lâché 0,40 % à 1.079,25 points.


IBM (-0,34 % à 127,87 USD): le groupe d’informatique a annoncé l’acquisition d’Unica pour un prix de 21 dollars par action, soit un prix net d’environ 480 millions de dollars.


Blackstone: le groupe de capital investissement a cédé 3,45 % à 10,63 USD. Il va racheter le groupe énergétique Dynegy pour 4,7 milliards USD. Dynegy (+ 62,95 % à 4,53 USD) va céder quatre centrales à son concurrent NRG (-2,01 % à 21,96 USD).

Oracle: l’éditeur de logiciels perd 1,22 % à 22,66 USD. Il a attaqué en justice Google (-1,15 % à 486,36 USD), qu’il accuse de violer son brevet sur le langage de programmation Java dans son système d’exploitation pour téléphones multifonctions Android.

JC Penney (-4,71 % à 19,82 USD) et son concurrent Nordstrom (-7,15 à 31,05USD) ont été sanctionnés pour des prévisions jugées décevantes.


La semaine prochaine, les investisseurs auront les yeux fixés sur quelques indicateurs, notamment l’indice des prix à la production et celui des mises en chantier d’habitations.



Les indicateurs du jour

L'indice de la confiance des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan a rebondi en août à 69,6 points, après sa chute de juillet. Mais les économistes espéraient un peu mieux (70 points).

Les ventes de détail sont reparties à la hausse en juillet (+0,4%), après deux mois de baisse, mais ce rebond est un peu plus faible que prévu.

Du côté de l'inflation, les prix à la consommation sont également remontés après trois mois consécutifs de baisse (+0,3%), un peu plus qu'attendu, apaisant temporairement les angoisses des investisseurs face à la possibilité d'une déflation.

"Pour l'instant, il semble que l'on soit parti pour finir l'été dans un climat de malaise, qui va durer tant qu'un catalyseur n'apparaît pas à l'horizon pour motiver le marché à prendre une quelconque direction", a jugé John Stoltzfus, de Ticonderoga Securities.

Le marché obligataire repartait à la hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 2,704% contre 2,735% jeudi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,892% contre 3,931% la veille.

Les prix du pétrole ont baissé pour la quatrième séance d'affilée vendredi à New York, sur un marché toujours inquiet du ralentissement du rythme de la reprise économique et de ses conséquences sur la consommation d'or noir. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre a terminé à 75,39 dollars, en recul de 35 cents par rapport à la veille. Il accumule désormais une perte de plus de six dollars, soit 7,5%, sur les quatre dernières séances.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés