Publicité

La Bourse de Paris ivre de cognac avec Rémy Cointreau

D'avril à septembre, la maison mère du cognac Rémy Martin, du gin The Botanist et de la liqueur Cointreau a vu son bénéfice net doubler de taille. ©Bloomberg

Les marchés européens ont repris de timides couleurs ce jeudi. Du côté des valeurs, Rémy Cointreau a pulvérisé son record en bourse après avoir dégagé un énorme bénéfice semestriel.

En l'absence des investisseurs américains en congé pour célébrer le Thanksgiving, les volumes d'échanges étaient plus réduits ce jeudi sur les marchés européens.

L'humeur était au rééquilibrage des portefeuilles avec un regain d'attention pour les valeurs dites "défensives" comme les services aux collectivités, considérés comme plus sûrs en cette période où de nombreux pays européens songent à renforcer leurs restrictions sanitaires devant la dégradation de la situation épidémiologique.

À la cloche, les grands indices du Vieux Continent ont terminé en petite hausse. Le Dax de Francfort et le CAC 40 de Paris ont ainsi mis fin à cinq séances consécutives de repli.

Le Bel 20 de Bruxelles , bien orienté la veille grâce à UCB, a prolongé son mouvement haussier, grappillant 0,77% pour se stabiliser au-dessus des 4.200 points.

Le CAC 40 dopé au cognac

La tendance européenne était aussi soutenue par l'excellent bulletin semestriel de Rémy Cointreau . Le spécialiste français du cognac et des liqueurs a vu son action bondir de plus de 13% pour évoluer à des hauteurs jamais explorées auparavant.

Sur un an, le bénéfice net Rémy Cointreau a doublé de taille au cours de ses premiers mois de son exercice décalé.

L'envolée de Rémy Cointreau s'explique par le relèvement des objectifs financiers annuels du groupe familial après un bond plus important que prévu de son résultat opérationnel courant au premier semestre. Sur un an, le bénéfice net Rémy Cointreau a doublé de taille au cours des premiers mois de son exercice décalé. Par rapport au premier semestre 2019-2020, soit la période qui précédait la crise sanitaire, le bénéfice présenté ce jeudi affiche même une hausse de 51,7%.

Dans le sillage de Rémy Cointreau, Pernod Ricard a glané plus de 2% pour terminer dans le peloton de tête du CAC 40. À Londres, la hausse était moins franche pour Diageo , le numéro un mondial du secteur. Les brasseurs étaient aussi à la fête. L'action AB InBev a moussé de près de 4% à la Bourse de Bruxelles.

Le mauvais jeu d'Evolution AB

La cuite du jour est à mettre sur le compte d'Evolution AB, le spécialiste suédois des jeux en ligne. Son titre a fondu de 16% ce jeudi, poursuivant sa dégringolade entamée en début de semaine. En cause: les suspicions d'un rival d'Evolution qui affirme que l'entreprise suédoise fait des affaires dans des pays où les paris en ligne sont illégaux. L'action Evolution a perdu plus de 30% depuis lors. Elle était une des grandes gagnantes de la crise sanitaire, gonflant de près de 400% entre la mi-mars 2020 et la fin de la semaine dernière.

Record pour Swiss Life

Ailleurs en Europe, Swiss Life s'est assuré une séance faste en présentant au marché sa nouvelle feuille de route marquée par de nouveaux objectifs financiers pour les trois prochaines années et un ambitieux programme de rachat d'actions. L'action de l'assureur s'est adjugé plus de 3,5% pour franchir les 530 francs suisses, ce qui lui permet d'évoluer à présent au-dessus de son niveau "pré-Covid".

300
millions €
Dans le cadre d’un placement privé, VGP a vendu 1,25 million d’actions nouvelles au prix unitaire de 240 euros, soit un total de 300 millions d’euros et une décote de 9,1% par rapport au dernier cours de bourse.

À Bruxelles, le développeur de projet immobilier VGP , qui a levé la coquette somme 300 millions d’euros via un placement privé d’actions nouvelles avec une décote de 9% par rapport au dernier cours d’hier, a vu son cours s'abîmer de plus de 10%.

Atenor (+1,79%), un autre ponte de l'immobilier, a fait le plein de locataires pour son projet d'appartements du projet Twist situé à Belval au Grand-Duché de Luxembourg.

EVS (+0,69%) avait la tête des bons jours. Le champion wallon du traitement vidéo a bénéficié d'un relèvement de l'objectif de cours fixé par les analystes de Kepler Cheuvreux à 22 euros. L'action EVS a terminé la séance pile-poil à ce niveau.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés