Publicité
Publicité

Le "no pasaran!" de l'État suffira-t-il à protéger Ageas?

Via la SFPI, son bras armé, l'État belge s'est invité au capital d'Ageas afin de décourager d'éventuelles visées hostiles sur l'assureur. Selon un broker, il pourrait monter jusqu'à 25%.