Fanny Jandrain: "J'envisage désormais d'investir, mais en fonds"

Fanny Jandrain explique avoir été "coupée d’Internet du 24 décembre au 6 janvier". Pendant cette période, elle n'a pas passé de transactions. ©Dieter Telemans

Même s’il est nettement moins important que celui des autres participants vedettes, le rendement de Fanny Jandrain est resté positif depuis mi-décembre. Une bonne nouvelle qui l’a convaincue de ne plus laisser toutes ses économies sur un compte épargne.

L’honneur est sauf pour Fanny Jandrain, notre participante vedette, mais débutante: depuis mi-décembre, le rendement de son portefeuille est resté positif. Et tout ça, sans répondre aux questions quotidiennes, alors qu’elles lui auraient permis d’améliorer son rendement. À l’heure d’écrire ces lignes, il atteignait 1,50% (sa meilleure performance jusqu’ici).

"J’avoue que j’ai laissé tomber cette opportunité de faire gonfler mon portefeuille, car je n’avais pas le temps de faire des recherches en ligne pour trouver la bonne réponse et les quelques fois où j’ai tenté ma chance, j’ai tapé à côté", explique la chroniqueuse de la RTBF (On n’est pas des pigeons).

Comme c’est quelque chose qui me parle et qu’on évoquait tous les jours à ce moment-là dans l’émission "La récrée de midi", j’ai décidé d’investir dans l’alimentation.

Les biotechs et l'alimentation

Le rendement actuel de son portefeuille est essentiellement dû à ses premiers investissements, notamment dans les valeurs biotechnologiques, et plus spécialement dans argenx et Galapagos. Mais aussi à quelques nouveaux placements qu’elle a entrepris avant les fêtes de fin d’année et pour lesquels elle n’a pas été chercher l’inspiration du côté des premiers du classement.

"Comme c’est quelque chose qui me parle et qu’on évoquait tous les jours à ce moment-là dans l’émission ‘La récrée de midi’, j’ai décidé d’investir dans l’alimentation. Tout d’abord dans des actions Lotus, car on consomme plus de spéculoos pendant les fêtes, et ensuite dans des actions Coca-Cola, car cette société est fortement liée à l’image du père Noël", explique la chroniqueuse.

Nouvelle stratégie de vente

Par ailleurs, Fanny Jandrain a changé sa stratégie en matière de vente. De fait, dans les premières semaines du Rallye Boursier, elle vendait systématiquement les actions qui affichaient un rendement négatif, afin de couper ses pertes. "Mais quelqu’un m’a expliqué que ce n’était pas forcément un bon plan et qu’après une grosse descente, une action remontait généralement et qu’il fallait attendre plutôt ce moment-là pour la revendre si on souhaitait vraiment s’en débarrasser."

J’ai été coupée d’Internet du 24 décembre au 6 janvier, donc je n’avais plus du tout l’occasion de suivre mon portefeuille et de passer des transactions.

Mi-décembre, elle s’est ainsi défaite de 434 actions Kiadis Pharma (sur les 600 qu’elle avait achetées), dont le cours avait fortement chuté le mois passé. Et elle en a profité pour investir dans AB Inbev et Accell Group.

Depuis, il n’y a plus eu aucun mouvement au sein de son portefeuille. "J’ai été coupée d’Internet du 24 décembre au 6 janvier, donc je n’avais plus du tout l’occasion de suivre mon portefeuille et de passer des transactions." Mais la chroniqueuse des Pigeons persiste et signe: elle tentera toujours son coup de poker en fin de jeu en achetant les actions d’une société en particulier, qui lui a été plus que recommandée et qui performe généralement bien. "Je compte davantage me faire aider pour la dernière ligne droite."

D’ici là, elle compte néanmoins réaliser encore quelques achats et ventes, mais toujours en se faisant conseiller par des proches.

Investir en fonds

Cette expérience a-t-elle changé son regard sur la bourse? "Certainement! J’envisage désormais d’investir, mais plutôt dans des fonds, car j’ai pris conscience que ça pouvait être utile sur le long terme et me rapporter nettement plus que mon compte épargne, donc autant y aller. Surtout que cet investissement peut dormir en paix sans nécessiter une veille quotidienne, comme c’est le cas pour les actions. Je pense d’ailleurs que cette veille n’est possible que pour ceux qui se passionnent vraiment pour la bourse et pour qui les chiffres affichés ont une signification, alors que dans mon cas, ce sont juste des chiffres qui montent ou qui descendent."

L’avis du coach: Youry Huygen (L’Investisseur)

Un des buts du Rallye Boursier est de faire prendre conscience, surtout à des novices, du potentiel qu’offre le marché des actions. Vu l’actuel environnement de taux bas, situation qui pourrait potentiellement perdurer plusieurs années, les actions doivent en effet être prises en considération pour vous éviter de perdre en pouvoir d’achat. En 2020, votre carnet d’épargne sera vraisemblablement encore toujours rémunéré à hauteur de 0,11%, soit bien moins que l’inflation actuelle en Belgique (qui se chiffrait à 0,8% en décembre).

Vu le faible nombre de transactions opérées par Fanny, difficile d’émettre un jugement sur sa manière d’investir. Le point positif est qu’elle a mis l’accent sur des entreprises avec une activité claire et en croissance, telles que Coca-Cola, Lotus Bakeries ou encore Activision Blizzard, l’éditeur du jeu vidéo populaire Call of Duty.

Elle applique ainsi la même stratégie que le gourou Warren Buffett, qui est d’ailleurs le premier actionnaire de la boisson gazeuse. Lorsqu’on décide d’acheter une action, on doit vouloir être copropriétaire de l’entreprise en question. Et croire au potentiel du produit. Aux États-Unis, Lotus dispose ainsi encore d’une importante marge de progression. À peine 4% des Américains ont déjà acheté un produit Lotus, alors que ce chiffre est de 70% en Belgique…

Pour Fanny, l’investissement en actions passera probablement par un fonds. Bien qu’il s’agisse d’une approche logique pour un investisseur qui ne souhaite pas s’intéresser de près à des valeurs individuelles, nous conseillons malgré tout d’opter pour des fonds à la dénomination claire. En achetant des fonds du genre Equity Best Performer ou encore Equity Fallen Angels, vous n’avez en effet aucune idée de ce que vous achetez. Avec un placement dans un fonds copiant un indice bien précis, comme le S&P500 américain ou l’Eurostoxx50, vous savez au moins dans quelles valeurs vos billes sont placées.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n