Le plan d'ABN Amro passe mal (débriefing actions étrangères)

©REUTERS

Malgré l'essoufflement des marchés ce lundi, les actions européennes ont vécu un mois de novembre record. Le Stoxx 600 a signé la plus forte hausse mensuelle de son histoire.

La prudence a dominé les échanges au dernier jour d'un mois historique sur beaucoup de marchés européens. Le Stoxx 600 Europe , l'indice reprenant les 600 principales capitalisations européennes, a terminé en repli de 0,96% à 389,46 points. Il avait commencé le mois près de 50 points plus bas et a réalisé la plus belle grimpette de son histoire pour retrouver son niveau de la fin du mois de février.

Les grands indices nationaux ont terminé en ordre dispersé. Le CAC 40 français a perdu 1,42%, le FTSE britannique -1,09% et le Dax allemand -0,33%.

La baisse des cours du pétrole et les prises de bénéfices sur un secteur bancaire qui a fait des étincelles en novembre ont mis les indices européens sous pression. Total a abandonné 4,97% et BP 5,80% .

Le compartiment bancaire européen a montré des signes d'essoufflement. Il a grossi de plus de 30%, en novembre, sa meilleure performance mensuelle depuis avril 2009. C'est un de ces membres, ABN Amro , qui s'est pris la plus belle gamelle du jour. La banque néerlandaise a dégringolé de 8,93%. Avant l'ouverture, elle avait annoncé son intention de supprimer près de 3.000 postes d'ici 2024. AB Amro justifie les nouvelles tailles dans ses effectifs par la nécessité se recentrer sur ses activités les plus rentables aux Pays-Bas et dans le nord-ouest de l'Europe.

Le secteur de la grande distribution a repris des couleurs. Sur le marché londonien, JD Sports (+5,86%) s'est rattrapé en démentant fermement les informations selon lesquelles l'enseigne britannique voulait reprendre Debenhams, la chaîne de magasins à deux doigts de tomber en faillite.

Toujours à la "City", Unilever (-0,33%) a signalé qu'il était à présent une entreprise uniquement britannique après avoir bouclé la fusion juridique de ses deux entités à Londres et à Rotterdam aux Pays-Bas. Une clarification qui n'a pas soutenu le cours du géant de l'agroalimentaire et des cosmétiques.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés