interview

Pieter Eysermans, conducteur de train, remporte le Rallye Boursier

Pieter Eysermans est le grand vainqueur du Rallye Boursier de L'Echo et du Tijd. ©Debby Termonia

Pieter Eysermans (dit Ximilianpi) est le grand vainqueur de la dernière édition du Rallye Boursier de l’Echo et du Tijd, avec un portefeuille de 10 actions qu’il a détenues pendant dix semaines.

Ceux qui prennent régulièrement le train entre Mol et Anvers ont de fortes chances d’avoir comme conducteur un investisseur très avisé. En effet, le jury a décrété la victoire du Rallye Boursier au conducteur de la SNCB Pieter Eysermans, qui remporte un compte d’investissement de 10.000 euros chez MeDirect. "Les voyageurs ne doivent pas s’attendre à ce que je leur donne des conseils d’investissement via les haut-parleurs", explique-t-il en riant. "Les conseils que j’ai reçus dans le passé n’ont rien rapporté. Il vaut mieux suivre son instinct."

"Les conseils que j’ai reçus dans le passé n’ont rien rapporté. Il vaut mieux suivre son instinct."
Pieter Eysermans
Gagnant du Rallye Boursier

Cet instinct l’a poussé à adopter une stratégie rare dans ce rallye boursier assez court. Il n’a exécuté que 20 ordres, ce qui correspond aux ordres généralement passés par les traders en une seule journée. "Le trading n’est pas pour moi. Vous y laissez votre sommeil. Le seul 'trade' que j’ai réalisé pendant le concours fut l’achat de Hamon, et ce fut ma plus grosse perte." Eysermans a construit son portefeuille autour de Fastned, Palantir et Tesla, dont les cours ont plus que doublé pendant le concours.

Bénéfices

Plus important encore: contrairement aux autres participants détenant ces actions stars en portefeuille, il a résisté à la tentation de prendre ses bénéfices. Il a laissé libre cours à ses actions. "Cela s’explique par une récente expérience dans mon propre portefeuille", explique Eysermans. "J’ai acheté Nio (un constructeur chinois de voitures électriques, NDLR) à 1 dollar et je l’ai revendu à 11 dollars, le prix auquel l’entreprise avait introduit l’action en bourse. Depuis, le cours a été multiplié par 30. À ce moment-là, j’ai regretté d’avoir pris mes bénéfices trop rapidement."

Âgé de 41 ans, ce Campinois amateur de VTT investit en bourse depuis trois ans. "J’ai commencé à investir sur les conseils de ma mère lorsque notre crédit hypothécaire a été remboursé. Elle investit depuis 2009 parce qu’elle n’a plus confiance dans les banques depuis la crise financière. Je n’ai pas non plus une très haute opinion des banques. Je préférerais encore confier mon argent à Apple qu’à une banque."

L’intuition d’Eysermans pour le "timing" s’est révélée l’an dernier. Il a liquidé son portefeuille en février lorsque les bourses étaient encore en pleine forme et que le coronavirus n’était qu’une menace lointaine. "J’ai vu les premières images de l’Italie et j’ai pensé: ça ne va pas bien se passer. Pendant le Rallye Boursier également, j’ai eu envie de tout balancer un moment donné. Heureusement, je ne l’ai pas fait."

"Je suis mon instinct. Bien entendu, je lis des articles et je regarde régulièrement des vidéos sur YouTube sur des investisseurs que je respecte, comme Warren Buffett et Charlie Munger."
Pieter Eysermans
Gagnant du Rallye Boursier

Eysermans ne croit pas aux grandes théories et stratégies boursières. "Je suis mon instinct. Bien entendu, je lis des articles et je regarde régulièrement des vidéos sur YouTube sur des investisseurs que je respecte, comme Warren Buffett et Charlie Munger. Et sur Peter Lynch (gestionnaire de fonds chez Fidelity, NDLR), qui a dit que dans un portefeuille de dix petites actions vous n’aviez besoin que d’un seul gagnant pour enregistrer de bons rendements. C’est resté dans un petit coin de ma tête. Mais la bourse n’est pas toute ma vie. Au travail, dans ma locomotive, j’écoute aussi des podcasts sur la technologie. Je trouve Nerdland de Lieven Scheire fantastique."

"Buy and hold"

Eysermans est un investisseur "buy and hold" avec une préférence pour la technologie et une diversification automatique. "Je n’ai pas de grande stratégie. Cela se résume à la simple réalité qu’il faut avoir de l’argent pour investir, n’est-ce pas? C’est pourquoi je diversifie automatiquement. Dès que j’ai économisé 1.000 ou 2.000 euros, je les investis en bourse. On peut obtenir des résultats avec de petits montants. J’ai acheté pour 2.000 dollars d’actions Tesla, qui valent aujourd’hui 40.000 dollars. L’argent que j’ai gagné sera investi en bourse pour mes enfants. J’ai une liste d’envies d’actions que j’adapte régulièrement. Aujourd’hui, on y trouve Tencent, Xiaomi, Take Two et Sofina."

"On peut obtenir des résultats avec de petits montants. J’ai acheté pour 2.000 dollars d’actions Tesla, qui valent aujourd’hui 40.000 dollars."
Pieter Eysermans
Gagnant du Rallye Boursier

"Remporter le Rallye Boursier est une des plus grandes réalisations de ma vie", explique le Campinois. "Je n’étais pas un bon élève et je n’ai jamais fait d’études. Notre société récompense ceux qui sont capables d’apprendre par cœur. Ceux qui n’y arrivent pas sont punis. Mais en bourse, ça ne compte pas."

Eysermans dédie sa victoire à sa famille, qui lui a servi d’inspiration pour son pseudonyme dans le jeu. Ximilianpi n’est pas une déesse mystique ni un principe mathématique, comme son nom pourrait le laisser penser. C’est l’acronyme des prénoms des membres de sa famille: son fils Xim, ses filles Mila et Liv, sa femme Ans et lui-même – Pieter. "Et dire qu’au début mon épouse n’était pas fan de mon hobby d’investisseur! Lorsqu’elle a commencé à voir les résultats, elle a changé d’avis (il rit). Depuis lors, je peux même investir en bourse les économies de nos enfants."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés