UniCredit perd son patron et chute en bourse (Débriefing actions européennes)

©REUTERS

Toujours soutenus par l'arrivée imminente des vaccins contre le Covid-19 dans nos dispensaires, les marchés européens ont profité de bonnes statistiques pour prendre de la hauteur.

Décembre commence fort pour les marchés européens. Portés par des statistiques encourageantes, notamment sur l'activité manufacturière en Europe et en Chine, les indices sont restés confortablement installés dans le vert tout au long de la séance.

Les dernières prévisions de l'OCDE, qui estime que les perspectives de l'économie mondiale s'améliorent, ont également contribué à distiller de la bonne humeur sur les échanges.

Le CAC 40 parisien s'est rapproché des 5.600 points en grappillant 1,14%. Même tendance à Francfort où le Dax 30 a pris 0,69%. Le FTSE 100 de Londres (+1,89%) s'est bien repris après avoir nettement reculé la veille au terme toutefois de son meilleur mois en plus de 30 ans.

Sur le marché milanais, la banque italienne UniCredit a chuté de 8,02% juste après l'annonce surprise du départ de son patron Jean-Pierre Mustier en 2021. L'homme, qui a mené une vaste transformation de la banque depuis son arrivée à sa tête en juillet 2016, justifie sa décision par les divergences qui subsistent avec le conseil d'administration sur la stratégie future.

À Londres, il y a aussi du changement au sommet du groupe bancaire Lloyds . Charlie Nunn quitte HSBC pour prendre les commandes de Lloyds. Une arrivée très bien accueillie par la "City", l'action de la banque ayant bondi de 7,45%. Le patron sortant de Lloyds, António Horta-Osório, va, lui, prendre la présidence du conseil d'administration de Credit Suisse.

Le secteur de l'automobile a réagi positivement aux chiffres mensuels des ventes en France. Un marché qui s'est replié de 27% en novembre, ce qui est bien mieux que lors du premier confinement. Renault a ainsi progressé de 2,64% et son concurrent Peugeot a glané 1,90%.

Le secteur pétrolier, toujours très sensible aux tractations menées par les membres de l'Opep, a repris sa marche en avant. Le cartel réunissant les pays producteurs de pétrole a repris les discussions ce mardi dans le but d'arriver à une position commune sur les quotas de production dans un marché déprimé par la pandémie.
Total a avancé de 1,41% à Paris. Sur le marché londonien, BP a pris 2,99% et Royal Dutch Shell 2,38%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés