À la recherche des actions gagnantes sur le marché mondial

Les marques fortes d’Unilever, comme les glaces Ola, constituent une protection contre les concurrents. ©BELGAIMAGE

Comment reconnaître les actions qui seront les valeurs sûres de demain? Chez Threadneedle, les gestionnaires recherchent les entreprises qui offrent un avantage concurrentiel durable et sont protégées par des "douves économiques".

Le net recul des Bourses fin 2018 a réveillé brutalement les investisseurs, semant le doute chez certains. Andrew Harvie, spécialiste en actions internationales chez Columbia Threadneedle Investments, cadre d’emblée le mauvais mois de décembre dans une perspective plus large. "Nous venons de traverser une période de dix ans de croissance supérieure à la moyenne sur les marchés d’actions, une croissance soutenue par la politique ultra-souple des banques centrales. Pendant cette période, les actions de croissance se sont beaucoup mieux comportées que les actions de valeur. Bien qu’on parle depuis quelque temps d’un retour des actions ‘value’, nous pensons que les actions de croissance restent plus intéressantes."

Les 5 "douves" pour identifier les sociétés présentant un avantage concurrentiel
  • Coûts: sociétés à faibles coûts
  • Effet d’échelle: entreprises qui disposent d’une taille suffisante et qui sont efficaces
  • Frais de transfert: entreprises de secteurs où les coûts de changement de fournisseur sont élevés
  • Marques et brevets: entreprises qui commercialisent des marques et produits connus
  • Effet de réseau: la valeur d’une entreprise augmente avec le nombre de personnes qui utilisent ses produits ou ses services

Andrew Harvie considère que les championnes de ces dernières années recèlent encore du potentiel. Il s’attend à ce que leurs bénéfices continuent à augmenter. Mais comment dénicher les gagnants de demain? Pour le fonds Global Focus, Andrew Harvie recherche systématiquement des entreprises affichant un sérieux avantage concurrentiel. Il les trouve en passant les sociétés au crible de cinq "douves économiques", en d’autres termes, en analysant la manière dont les entreprises se distinguent de leurs concurrents et renforcent leur avance. L’expression vient du gourou de l’investissement Warren Buffett, qui a un jour déclaré qu’en affaires, il appréciait particulièrement les "châteaux économiques protégés par des douves infranchissables".

La "douve" la plus évidente est l’avantage en termes de coûts. "Ryanair en est un bel exemple. Tout comme Charles Schwab, un fournisseur américain de services financiers qui utilise la technologie pour réduire ses coûts et s’adjuger une longueur d’avance par rapport à ses concurrents."

La deuxième barrière efficace est l’effet de taille. Andrew Harvie cite ici Mastercard, qui fait partie des deux entreprises dominantes du secteur des cartes de crédit. Par ailleurs, des frais de transfert rédhibitoires peuvent offrir un avantage concurrentiel: les utilisateurs préfèrent éviter ces frais et restent dès lors fidèles à leur fournisseur. Les actifs immatériels, comme les marques et les brevets, renforcent aussi les entreprises et représentent une protection contre les concurrents. C’est notamment le cas d’un groupe comme Unilever, qui commercialise des marques fortes comme Axe, Knorr, Lipton et Magnum. Enfin, l’effet de réseau offre une protection indéniable: la valeur d’une entreprise augmente avec le nombre de personnes qui utilisent ses produits ou ses services.

Si les avantages concurrentiels sont essentiels, une entreprise doit aussi se montrer résistante. Elle doit être capable de faire face aux nouveaux entrants de son secteur et au pouvoir des fournisseurs et des consommateurs. "Nous avons construit le portefeuille de Global Focus autour des entreprises qui ont la capacité de se défendre face aux rumeurs et offrent ainsi une protection aux investisseurs. Nous recherchons aussi les entreprises qui créent de la ‘disruption’, comme Amazon. Elles doivent cependant bénéficier d’une forme d’avantage concurrentiel qui leur permet de maintenir leur position de leader. Car les ‘disruptors can be disrupted’", explique Andrew Harvie.

Avec une pondération de 63%, les actions nord-américaines dominent clairement le portefeuille. Les actions européennes (hors Royaume-Uni) et les marchés émergents représentent chacun 11%. Le poids important de l’Amérique du Nord doit cependant être relativisé: "Une entreprise peut à la fois être américaine et active sur les marchés émergents". En tenant compte de la pondération entre les régions sur la base du chiffre d’affaires, vous obtenez un paysage différent. L’Amérique du Nord retombe alors à 43%, tandis que les marchés émergents passent à 23%.

23%
Sur la base du chiffre d’affaires des entreprises en portefeuille, les marchés émergents représentent 23% du fonds.

Sur le plan sectoriel, l’informatique, la finance et les soins de santé dominent clairement, avec une part de respectivement 37, 21 et 20%. "Nous aimons les entreprises rentables, ce qui nous amène naturellement vers certains secteurs et nous éloigne d’autres. Par exemple, nous ne sommes pas investis dans l’énergie, un secteur très volatil lié au cours du pétrole", souligne le Client Portfolio Manager. Parmi les dix principales positions du fonds, on trouve des entreprises comme Microsoft, Mastercard et Adobe, qui profitent toutes trois des progrès de la digitalisation. "Ces entreprises ressemblent de plus en plus aux sociétés de services aux collectivités: elles génèrent des revenus stables et récurrents", poursuit-il.

On peut s’étonner que Global Focus n’investisse pas dans des banques de marchés développés, mais plutôt de marchés émergents, en particulier l’Inde. Dans le top 10, on trouve notamment Kotak Mahindra Bank et HDFC Bank. "HDFC Bank est la première banque privée du pays et pleinement engagée dans les nouvelles technologies. Il est facile d’y ouvrir un compte via un smartphone, vu que le système est relié à la sécurité sociale. HDFC est la marque la plus forte depuis cinq ans en Inde, où les banques privées gagnent de plus en plus de terrain par rapport aux banques d’Etat."

Publicité
Publicité

Echo Connect