Funds for Good, investir de manière responsable

Jusqu’ici, 60 entrepreneurs ont fait appel aux prêts d’honneur de Funds for Good. ©funds for good

Funds for Good permet à ses clients d’investir de manière responsable, tout en prêtant au moins la moitié de ses bénéfices à un taux zéro à de jeunes entrepreneurs. "Nous aimerions atteindre rapidement 500 millions d’euros d’actifs sous gestion."

Soul, tel est le nom du restaurant bruxellois où le fondateur Marc Verhaeren reçoit ses clients et partenaires pour discuter de son "bébé": Funds for Good. Les plats bio sont servis grâce notamment à l’emprunt à taux zéro que Marc Verhaeren a accordé il y a quelques années à une entrepreneuse qui s’était vu refuser partout sa demande de soutien financier de… moins de 5.000 euros. Marc Verhaeren lui a alors accordé le microcrédit qui lui a servi de capital de départ.

Marc Verhaeren ©RV-DOC

"Le prêt d’honneur est un crédit à taux zéro, qui ne doit être remboursé qu’après deux ans, explique Marc Verhaeren. Il est différent d’un microcrédit classique qui est, quant à lui, assorti d’un taux d’intérêt et doit être remboursé plus rapidement". Funds for Good aide par exemple les entrepreneurs qui ont une idée, qui ne trouvent pas le financement nécessaire et qui risquent de rester pris au piège de la sécurité sociale.

"Une pyramide". C’est ainsi qu’il décrit le marché du financement. "Tout en haut, on trouve ceux qui n’ont pas besoin d’emprunter. Viennent ensuite ceux qui peuvent s’adresser aux banques et, plus bas, ceux qui peuvent se tourner vers le microcrédit. Ceux qui ne peuvent faire appel ni à la famille, ni aux amis se retrouvent complètement exclus. Sauf chez nous."

"La remise du chèque est la partie la plus facile.
Marc Verhaeren
cofondateur Funds for Good

D’aucuns diront évidemment qu’il ne s’agit pas forcément des personnes les plus solvables. Pourtant, quatre prêts d’honneur sur cinq accordés par Funds for Good sont remboursés. "Nous sommes nous-mêmes des entrepreneurs, souligne Marc Verhaeren pour expliquer ce taux de réussite. Parfois, il nous arrive de refuser si nous estimons qu’une idée n’est pas viable. La remise du chèque est la partie la plus facile. Par la suite, nous coachons les entrepreneurs de différentes manières. Certains de nos investisseurs apportent même une contribution personnelle à nos starters, comme la création d’un logo professionnel ou d’un site internet."

Le fonds

Les clients de Funds for Good investissent en réalité dans le fonds Architect Strategy, dont la gestion est confiée à la Banque de Luxembourg. Ce fonds coupole défensif – un fonds de fonds – investit de manière flexible dans différentes classes d’actifs, ce qui signifie que la pondération, des investissements en actions par exemple, peut fluctuer sans limite à la hausse ou à la baisse. Les investissements autorisés sont clairement balisés, afin d’exclure les entreprises et secteurs controversés. La commission de gestion se monte à 1,5% et le fonds affiche, depuis sa création, un rendement annuel de 3% hors frais. Une collaboration comparable est en préparation avec Capricorn, où des classes d’actions spéciales seront créées au sein de "Quest Cleantech Fund".

Jusqu’ici, 60 entrepreneurs ont fait appel aux prêts d’honneur de Funds for Good. Le fonds existe depuis cinq ans et le premier crédit date de 2013. Les réserves de la fondation se montent plus ou moins à 250.000 euros. À ce montant, s’ajoutent chaque année 50% du bénéfice du fonds, avec minimum 10% des revenus des frais de gestion facturés aux clients du fonds (voir l’encadré). Les droits d’entrée éventuellement perçus par les distributeurs leur reviennent intégralement et il n’y a pas de frais de sortie. Depuis le début du mois, le fonds est distribué par Deutsche Bank et VDK Spaarbank.

"Avec 250.000 euros, nous pouvons aider beaucoup de personnes avec nos prêts d’honneur, poursuit Marc Verhaeren. Mais nous avons d’autres ambitions. Nous voulons atteindre dès que possible 500 millions d’euros d’actifs sous gestion. Aujourd’hui, nous en sommes à 120 millions d’euros. Cela nous permettrait de transférer 1 million d’euros par année à la fondation." Le succès commercial pourra ainsi se traduire par un plus grand impact sociétal.

Rendement

"Nous consacrons un quart de notre temps aux activités de base de Funds for Good, qui sont totalement séparées des investissements de nos clients", souligne Marc Verhaeren. Les clients de Funds for Good ne sont pas de doux rêveurs qui veulent sauver le monde. "Plusieurs investisseurs institutionnels nous ont confié une partie de leurs fonds. Ce sont des investisseurs plutôt sérieux". Les institutionnels investissent de manière défensive via le fonds, qui est également distribué à des particuliers via différentes banques. Le fonds Architect Strategy anticipe actuellement une hausse des taux et, pour cette raison, préfère éviter les obligations traditionnelles considérées comme "défensives". "Nous couvrons nos positions en actions en vendant des futures sur les grands indices, explique Marc Verhaeren. Cela nous permet de nous assurer un matelas de protection en cas de fortes chutes de cours."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect