1

"Il faut plus qu'un bon rendement du dividende pour évaluer la qualité d'un investissement."

©office@martinjoppen.de

Thorsten Paarmann gère depuis 10 ans le fonds Invesco Pan European Structured Equities. "Gérer l’argent des autres est une lourde responsabilité."

Quelle est la principale leçon que vous ayez apprise en tant que gestionnaire de fonds?

Qu’il ne faut jamais se laisser guider par ses émotions.

Comment vivez-vous avec l’idée que vous gérez l’argent des autres?

C’est une lourde responsabilité. C’est pour cela que nous sommes très prudents lorsque nous recherchons des opportunités, que nous construisons un portefeuille et que nous échangeons des titres.

Quel a été le meilleur investissement de votre carrière?

C’est sans doute d’avoir suivi le programme Chartered Financial Analyst (CFA). Il s’agit d’une formation approfondie destinée aux analystes financiers, que j’ai suivie au début de ma carrière. Elle s’est révélée d’une valeur inestimable dans mon métier de gestionnaire de portefeuille.

Thorsten Paarmann

  • Âge: 43 ans
  • Gestionnaire de Invesco Pan European Structured Equity Fund depuis: 2007
  • Investit-il dans son fonds à titre personnel? Oui
  • Total des actifs sous gestion: 6,3 milliards d’euros

Et votre pire investissement?

Avec mon premier salaire de stagiaire au sein d’une banque, j’ai acheté des actions d’un distributeur de fournitures de bureau de ma ville natale, Berlin, après avoir lu dans les journaux que le rendement du dividende était de 6%. Mais après plusieurs baisses de cours, j’ai compris qu’il fallait plus qu’un bon rendement du dividende pour évaluer la qualité d’un investissement.

Qui est votre gestionnaire de fonds préféré et pourquoi?

J’ai de l’admiration pour ceux qui réussissent à afficher des résultats stables sur le long terme. Le premier gestionnaire de fonds qui m’a impressionné est Bill Miller, qui a réussi à battre l’indice S & P500 pendant quinze années consécutives.

Investissez-vous dans des entreprises belges?

Pour l’instant, 27 sociétés belges font partie de notre univers d’investissement, dont une se trouve effectivement en portefeuille: Proximus.

Votre objectif est-il de battre le marché ou d’afficher un rendement positif?

Notre objectif est de battre le marché, avec un risque inférieur à celui de l’indice.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content