"Les frais des ETF sont souvent inférieurs à ceux des fonds d'actions"

©MICHEL LABELLE

Les ETF ou trackers - fonds qui répliquent un indice - sont devenus des instruments d’investissement à part entière. Explications de la patronne de Lyxor ETF Research, Marlène Hassine.

À quel point les trackers ou ETF sont-ils populaires?

L’année 2017 devrait être la meilleure pour le marché européen des ETF. Jusqu’à la fin août, il a progressé de 64,3 milliards d’euros, soit 13 milliards de plus qu’à la même époque en 2015, qui était déjà une année record. Les flux entrants sur le marché des ETF ont cependant affiché une nette baisse à la fin de l’été. En juillet, on comptabilisait encore 8,67 milliards d’euros, en août, ce montant retombait à 3,17 milliards d’euros. Il faut souligner qu’au cours des six premiers mois de l’année, les ETF ont attiré davantage de capitaux que les fonds gérés activement. Fin août, ils comptabilisaient au total 585 milliards d’euros.

Leurs résultats sont-ils comparables à ceux des fonds gérés activement?

"En règle générale, les ETF affichent de meilleurs rendements que les fonds gérés activement."

L’année dernière a été difficile pour les fonds d’actions gérés activement, mais cette année, ils se portent bien. Pas moins de 63% d’entre eux ont fait mieux que le marché au deuxième trimestre, contre 52% au premier trimestre et seulement 28% sur l’ensemble de l’année 2016. Les fonds d’actions européennes et britanniques affichent ainsi d’excellents résultats. Si nous examinons les résultats sur 10 ans, moins de 25% des fonds gérés activement font mieux que le marché, et donc mieux que les ETF. Pour les obligations, ce chiffre retombe à 10% et pour les actions, il est de 27%. Parmi les fonds d’actions, les résultats sont très contrastés, selon la composition du portefeuille. Le choix du véhicule d’investissement pour chaque classe d’actifs est donc essentiel si l’on souhaite créer un portefeuille optimal.

Les ETF présentent nombre d’avantages. N’ont-ils aucun point faible?

Les frais des ETF sont souvent inférieurs à ceux des fonds d’actions, parce qu’ils répliquent un indice. Les gestionnaires consacrent donc moins de temps au suivi du portefeuille. S’y ajoute qu’ils n’ont pas besoin d’un important capital de départ. Les trackers sont un outil idéal pour répartir les risques, et ils sont très liquides. Mais il ne faut pas oublier qu’ils sont exposés au risque du marché, comme les autres fonds, et parfois aussi au "risque de contrepartie". Chez Lyxor, nous avons une charte de qualité dont l’objectif est précisément de réduire ces risques au minimum.

Que propose Lyxor aux investisseurs belges?

Lyxor est le numéro 2 européen. Cela fait 15 ans que nous travaillons en Belgique avec des investisseurs en ETF. Avec notre offre de 50 fonds enregistrés en Belgique, nous voulons offrir aux investisseurs les bases d’un portefeuille bien diversifié. Le Bel 20 a été un de nos premiers ETF en Belgique. Ce dernier est coté en Bourse depuis juillet 2002 et il reste le seul ETF à suivre cet indice. La Belgique est plus que tout autre un marché de particuliers.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content