Les valeurs technologiques deviennent moins cycliques

La technologie est valorisée de manière attractive par rapport à ses perspectives de croissance, selon Franklin Templeton.

L’équipe en charge des actions technologiques chez Franklin Templeton dispose d’un historique de performance impressionnant, avec une performance annualisée supérieure à 21% durant la dernière décennie pour le produit commercialisé en Belgique.

Jonathan Curtis (gestionnaire) souligne que cette stratégie vise un ensemble de grandes tendances au travers d’une septantaine de positions disposant de fortes perspectives de croissance, avec un biais vers les petites et moyennes capitalisations. "Parmi nos vingt premières positions, toutes ont été dans le portefeuille à un moment ou l’autre durant les dix dernières années. Notre taux de rotation des actifs sera particulièrement faible, entre 20 et 30% des actifs sous gestion par an."

Viser la disruption

"Il existe des opportunités significatives dans les entreprises qui vont faciliter la transition digitale. À l’heure actuelle, tous les secteurs doivent avoir une stratégie dans ce domaine s’ils veulent éviter une disruption profonde de leur activité", indique Jonathan Curtis. Et de souligner que même les entreprises autrefois disruptives se trouvent désormais dans des positions où elles doivent d’adapter aux changements du marché. "Prenez le cas d’Apple, qui avait provoqué une disruption majeure du secteur de la musique, et qui se trouve aujourd’hui menacé dans cette activité par les services de streaming musicaux."

"Le cloud est un marché susceptible d’atteindre entre 1.000 et 3.000 milliards de dollars."
Jonathan Curtis
Gestionnaire chez Franklin Templeton

L’équipe de gestion est intégralement située dans la Silicon Valley. "Ceci nous permet d’avoir une prise immédiate sur les bouleversements technologiques à venir", indique Jonathan Curtis. "Et nous investissons directement environ 2% de nos actifs sous gestion dans des sociétés non cotées qui sont susceptibles de venir sur le marché durant les prochaines années." La conséquence sera un portefeuille fortement focalisé sur le marché américain (87% des actifs sous gestion), Alibaba et Tencent étant les seules valeurs non-américaines parmi les dix principales positions du portefeuille.

Moins cyclique

Le cloud constitue une des principales expositions avec 15% des actifs sous gestion, avec des noms comme Microsoft et Amazon. "C’est un marché énorme, susceptible d’atteindre entre 1.000 et 3.000 milliards de dollars durant les prochaines années." Les logiciels en tant que service (SAAS) constituent l’autre grand pari du portefeuille avec 22% des actifs sous gestion sur des titres comme Salesforce.com et Servicenow. "Ces sociétés ont une visibilité forte de la manière dont le logiciel est utilisé, des données que ces groupes sont ensuite en mesure d’utiliser et de revendre à leurs utilisateurs." Les autres expositions sectorielles concernent l’intelligence artificielle et le big data, ainsi que le développement des paiements électroniques (Visa et MasterCard).

Jonathan Curtis souligne que la valorisation actuelle du secteur technologique est loin d’atteindre les excès observés lors de la crise des dot.com. "Et si vous prenez en compte les liquidités dont elles disposent dans leur bilan, nous pouvons même considérer que leur valorisation est aujourd’hui en ligne avec le S&P 500 en dépit de perspectives de croissance structurellement supérieures." Et il constate également que les résultats sont devenus plus prévisibles et moins cycliques, les logiciels prenant aujourd’hui clairement le pas sur le matériel (PC, Serveurs, etc.) dans les moteurs de croissance du secteur.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content