"Pour l'instant, nous évitons les obligations comme la peste."

©RV-DOC

Vector Flexible, le fonds flexible de Vector Asset Management et lauréat d’un Fund Award de L’Echo, ressemble à un vilain petit canard dans l’univers des fonds mixtes. 3 questions à Werner Smets.

Qu’est-ce qui différencie Vector Flexible des autres fonds mixtes?

La plupart des fonds flexibles répartissent leurs investissements entre des actions, des obligations, du cash et éventuellement de l’or. Mais si vous voulez limiter la volatilité de votre fonds, il existe d’autres possibilités que les obligations. Nous les évitons comme la peste, car nous les trouvons peu attrayantes aux taux actuels. Nous préférons nous couvrir directement contre les risques liés aux actions.

"Pour limiter la volatilité de notre fonds flexible, nous nous couvrons directement contre les risques liés aux actions."

Comment ce système de couverture fonctionne-t-il?

La couverture se fait via des futures ou des contrats à terme standard. On peut comparer ce mécanisme à une assurance incendie pour laquelle on paie une prime, dans l’espoir de ne jamais devoir y recourir. Vector Flexible comprend les mêmes actions que notre fonds vedette Vector Navigator. Mais dans le fonds mixte, nous couvrons au minimum 25% des risques liés aux actions. Résultat: le fonds est moins volatil. Les clients profitent donc moins des hausses de cours sur les marchés d’actions, mais à l’inverse, les risques sont limités en cas de forte baisse.

Si nous nous comparons aux autres fonds mixtes, nous pouvons dire que nous réalisons d’excellents résultats. Fin août, nous étions à nouveau 1,9% au-dessus de la moyenne de notre catégorie. Fin septembre, ce chiffre se situait entre 0,7 et 1%. Nous pourrions bien entendu nous couvrir à 100%, mais nous n’avons jamais dépassé 50%, et c’était à l’époque de la crise de l’euro. Pour l’instant, 40% du portefeuille sont couverts. C’est plus que la moyenne des années précédentes et légèrement supérieur à ce que prescrit par notre modèle quantitatif. Mais la guerre commerciale et le Brexit nous incitent à la prudence.

Comment décidez-vous du niveau de couverture?

Chez Vector Asset Management, nous sommes très axés sur la gestion quantitative. Plus de 95% de nos sélections se font sur la base de processus "quant", qui nous guident dans nos décisions d’achat ou de vente. Cette procédure s’applique aussi bien pour le fonds Navigator que pour le fonds Flexible. Par ailleurs, nous étudions les marchés d’actions dans leur ensemble. Cette analyse se base également sur une approche quantitative. Dans ce processus, nous examinons une quinzaine de paramètres, comme les indicateurs macroéconomiques, les critères de valorisation et les variables techniques. Nous les consolidons ensuite dans un tableau de bord qui nous donne un aperçu des marchés financiers et de leur évolution probable dans les mois à venir. Cela nous permet d’évaluer les risques et de prendre nos décisions.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect