Quand le distributeur de fonds prend les choses à cœur

©AFP

En tant que distributeur de fonds, Deutsche Bank peut jouer un rôle dans la promotion des fonds durables auprès d’un large public, notamment en proposant sa propre sélection.

La popularité croissante des fonds durables et responsables se traduit non seulement par la création de toutes sortes de nouveaux fonds, mais elle constitue aussi un sérieux défi pour les distributeurs. Car comment réussir à sélectionner un éventail intéressant de fonds durables dans un univers qui cherche encore ses marques et pour lequel il n’existe pour l’instant aucune norme universelle? Comment fonctionnent ces distributeurs et quels sont les standards appliqués? Et que veut le marché? Nous en avons discuté avec deux analystes de fonds de la Deutsche Bank, Knut Huys et Dieter Vandewiele. La banque applique le principe d’architecture ouverte et travaille avec 29 partenaires, ce qui fait de Deutsche Bank un des distributeurs les plus importants du marché belge des fonds.

Surtout des institutionnels

"De nombreux investisseurs hésitent encore à franchir le pas vers les fonds ESG. Selon une enquête récente, s’ils estiment que les critères ESG (Environnement, Société, Gouvernance) sont de plus en plus importants, le rapport entre le risque et le rendement reste déterminant à leurs yeux", explique Knut Huys. "Nous essayons d’aider les clients à franchir le pas vers les investissements ESG. Vous pouvez comparer cette démarche avec la tentative de convaincre les consommateurs de ne plus réclamer des sacs en plastique dans les commerces", ajoute Dieter Vandewiele.

L’enquête réalisée par DWS, la filiale de gestion patrimoniale de Deutsche Bank, peut certainement nous éclairer. DWS a passé au crible plus de 2.000 études analysant le rapport entre les critères ESG et les résultats financiers des entreprises. Les experts sont arrivés à la conclusion que dans 92% des cas, ce rapport était positif ou neutre, avec seulement 8% affichant de moins bons résultats financiers. On peut donc conclure que les investissements durables ne se font pas au détriment du rendement.

En ce qui concerne l’intérêt pour ces produits, on constate encore de grandes différences entre les investisseurs institutionnels et les particuliers. Actuellement, ce sont surtout les fonds de pension et les compagnies d’assurance qui investissent dans les fonds durables. L’intérêt des particuliers s’accroît, certes, mais "la véritable croissance est encore à venir", estime Knut Huys. La prise de conscience des enjeux liés à ces problématiques augmente également. Les investisseurs commencent à comprendre que le comportement d’une entreprise sur les plans environnemental et social peut avoir un impact sur les résultats opérationnels. Les millenials et les femmes se montrent très intéressés par les investissements ESG. Les pouvoirs publics avancent eux aussi dans la bonne direction, comme en témoigne par exemple l’Accord de Paris sur le climat. Parallèlement, les gestionnaires de fonds ont de plus en plus tendance à intégrer des critères non financiers dans leurs analyses d’entreprises.

D’après la BEAMA, l’association professionnelle belge des gestionnaires de patrimoine, 5 à 6% des fonds disponibles en Belgique sont labellisés "ESG". "Le secteur reste une niche, poursuit Knut Huys, mais nous essayons de le promouvoir activement en essayant de convaincre un maximum de personnes de suivre cette direction." "En tant que distributeurs de fonds, nous pouvons jouer un rôle important", renchérit Dieter Vandewiele.

Screening négatif

4,8%
Parmi les 1.800 fonds proposés par Deutsche Bank, 87 sont qualifiés de durables, soit 4,8%.

Dans son offre (belge) de 1.800 fonds d’investissement, Deutsche Bank compte 87 fonds labellisés "durables". Ces fonds doivent satisfaire au moins à trois des cinq critères suivants: ils doivent impérativement passer la rampe d’un "screening négatif" (exclusion de certains secteurs) et intégrer les critères ESG dans leur gestion. Ils doivent également répondre à un des critères supplémentaires parmi lesquels le "screening positif" (exclusion des sociétés les moins performantes), avoir des affinités thématiques avec les critères ESG (par exemple, écologie, gestion de l’eau, développement durable selon la définition des Nations Unies) et avoir un impact positif sur la société (par ex. Funds for Good, qui redistribue à un projet social une partie des bénéfices d’un gestionnaire ou d’un distributeur de fonds).

Parmi les 87 fonds durables de sa gamme, Deutsche Bank fait la promotion active de cinq fonds: il s’agit à la fois de fonds d’actions, obligataires et mixtes. "Notre offre de fonds durables est à la portée des investisseurs qui accordent de l’importance aux critères ESG. Quant à ceux qui n’ont pas le temps d’étudier toute la gamme durable, ils peuvent se tourner vers les fonds ESG que nous recommandons", explique Knut Huys. Cette offre est d’ailleurs accessible sur le site web public de Deutsche Bank.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect