Cédric Lecamp: "Notre but est d'être exposé à l'ensemble de la chaîne alimentaire, de la ferme à l'assiette en passant par la distribution."

©RV-DOC

Cedric Lecamp est gestionnaire du fonds Pictet Nutrition depuis 2013 et vient de fêter ses dix années d’activité au service de la société suisse.

Quelles sont les thématiques que vous privilégiez?

Notre but est d’être exposé à l’ensemble de la chaîne alimentaire, de la ferme à l’assiette en passant par la distribution. Nous aimons par exemple les sociétés qui visent à augmenter les rendements agricoles de manière durable. Elles représentent d’ailleurs 17% de nos actifs sous gestion. Nos sociétés préférées dans ce domaine sont notamment Deere & Co (tracteurs) et Trimble. Cette dernière fournit des services de télémétrie aux conducteurs de tracteurs, afin de leur permettre de contrôler la qualité de l’ensoleillement sur leurs champs et de réduire sensiblement le volume d’engrais et de pesticides utilisés (entre 80 et 90%). Leur croissance organique devrait tourner autour de 10% par an pour les prochaines années, avec des services récurrents qui représentent déjà plus de 50% du chiffre d’affaires.

Vous adoptez aussi une démarche durable dans la sélection de vos positions?

Nous apprécions les sociétés qui permettent de réduire les gaspillages dans la chaîne alimentaire et l’empreinte énergétique du secteur. Selon des estimations faites sur le marché américain, 30% des denrées alimentaires n’atteignent jamais l’assiette du consommateur. Dans ce cadre, nous apprécions une société comme Rational, un producteur de fours destinés aux cuisines industrielles et qui dispose d’une technologie visant à cuire les aliments de manière bien plus efficace d’un point de vue énergétique avec également une moindre consommation d’eau.

Quel rôle les grands noms du secteur jouent-ils dans votre stratégie?

Nous privilégions les producteurs d’aliments biologiques et les sociétés qui fournissent des ingrédients pour la production de ces denrées, comme Christian Hansen (production d’enzymes pour augmenter la durée de vie des yaourts). Mais les grands groupes ont également un rôle à jouer dans la popularisation de ces nouvelles tendances. Une société comme Nestlé dégage aujourd’hui plus de 50% de son chiffre d’affaires de produits ayant un impact positif pour la santé, une proportion qui a augmenté constamment ces dernières années, car la croissance sur ce segment est beaucoup plus rapide. Danone vise pour sa part à substituer de plus en plus les produits laitiers par des produits à base végétale, comme le lait de soja.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content