"Chez Robeco, treize personnes sont chargées de notre politique d’actionnariat actif."

©Aurélie Geurts

Masja Zandbergen, responsable de l’intégration des principes ESG chez Robeco, est une observatrice privilégiée en matière d’investissements durables.

Comment détermine-t-on chez Robeco si une entreprise est durable?

Nous utilisons les données de notre filiale Robeco SAM. Ce centre de connaissances soumet aux entreprises un questionnaire qui est revu chaque année. Les questions portent sur l’impact socio-économique de l’entreprise, sa politique énergétique, la durabilité des activités, sa politique RH, etc. Parmi les 4.500 entreprises contactées, un millier remplit lui-même le questionnaire. Les autres dossiers sont complétés sur la base d’informations publiques. Résultat: une combinaison de données quantitatives et qualitatives.

Comment s’effectue la sélection des entreprises?

"Chez Robeco, treize personnes sont chargées de notre politique d’actionnariat actif."

Nous abordons la problématique de la durabilité de trois façons. Il y a tout d’abord les exclusions. Elles ne sont pas motivées par des facteurs financiers, mais passent par le filtre des traités internationaux et l’Agenda 2030 des Nations Unies en matière de développement durable. Nous ne nous basons pas sur la liste – très utilisée – du fonds de pension norvégien, mais effectuons nos propres recherches. Le deuxième moyen est l’actionnariat actif. Nous entamons un dialogue avec les entreprises, par exemple pour leur demander de rectifier une situation controversée. Treize collaborateurs de Robeco sont chargés de ces contacts. Nous collaborons aussi avec d’autres actionnaires. Le troisième volet consiste à intégrer les principes ESG dans nos fonds. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’une entreprise pharmaceutique, nous examinons notamment la politique salariale, la fixation des prix des produits, les investissements en recherche et développement. Nous sommes convaincus qu’une analyse basée sur la durabilité donne une autre image de l’entreprise et permet de prendre de meilleures décisions d’investissement sur le long terme.

Les fonds d’investissements durables affichent-ils des résultats comparables à ceux des fonds traditionnels?

Cela dépend de la stratégie et de l’approche suivie. De nombreuses études révèlent qu’il existe un lien positif entre la durabilité et les résultats opérationnels. Une autre question est de savoir si vous pouvez composer un portefeuille uniquement sur la base des critères de durabilité. Il existe autant de stratégies que de portefeuilles. Il n’est pas démontré qu’un portefeuille exclusivement durable affiche des résultats aussi bons qu’un portefeuille classique. Néanmoins, la plupart des études arrivent à la conclusion qu’opter pour des entreprises durables ne nuit pas à la rentabilité. Je m’attends cependant à ce que le nombre de produits d’investissements durables continue à augmenter et leur performance à s’améliorer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content