Ces fonds qui surfent sur la pénurie de l'or bleu

Une station de traitement de l’eau dans la ville marocaine de Fès. ©dieter telemans

Les fonds spécialisés dans l'eau visent essentiellement des conglomérats. Ils ont donc boudé Ekopak la semaine dernière, à l'exception de KBC Eco Fund Water.

Ekopak purifie l’eau pour les grandes industries. Dans le secteur, l'entreprise basée à Tielt arbore l'étiquette WaaS, "Water as a service". La marque est appréciée des fonds spécialisés dans l'eau. Pourtant, ils ne se bousculent pas encore sur la valeur qui a gonflé de près de 10% pour sa première semaine boursière. Seul KBC Eco Fund Water y a placé ses billes.

La revue des troupes

  • Il y a 8 fonds spécialisés dans l'eau en Belgique.
  • Ils investissent dans des sociétés actives dans la gestion de l’eau ou la purification de l’eau.
  • Le rendement et le risque sont similaires à ceux des fonds "actions" internationaux.

La cotation boursière d'Ekopak offre une porte d'entrée au WaaS pour les fonds d'investissement qui investissent exclusivement dans des entreprises actives dans la gestion de l’eau ou la purification de l’eau.

Les grands acteurs de l'eau, comme le fonds de Pictet, son pendant chez Robeco, et celui de Fidelity n'ont pour le moment pas plongé dans Ekopak. La société, avec ses 231 millions d'euros de capitalisation boursière, est encore considérée comme une trop petite valeur pour figurer sur le radar des fonds spécialisés.

Un actif qui se raréfie

Huit fonds actifs dans l'eau sont enregistrés sur le marché belge. Le plus ancien y est présent depuis 2000. Les gestionnaires de fonds ne prennent pas l'eau à la légère. La croissance rapide de la population mondiale, la croissance économique dans les pays émergents et le réchauffement climatique font que l’eau se raréfie de plus en plus.

+11,4%
Le rendement
Les fonds spécialisés dans l'eau ont affiché un rendement annuel moyen (en euros) de 11,4% entre 2010 et 2020.

Ce qui fait dire aux grands fonds que "les entreprises à la recherche de solutions contre la pénurie d’eau offrent des perspectives de croissance supérieures à la moyenne". Sont particulièrement concernées, les entreprises qui développent des technologies efficaces, telles que l’irrigation "goutte-à-goutte" pour réduire la consommation d’eau dans le secteur agricole, de loin le plus grand buveur d’eau.

Conglomérats

Les spécialistes de la purification de l'eau ne sont pas nombreux sur les marchés. Les plus grandes positions des fonds spécialisés visent très souvent des conglomérats. Ces derniers n'ont qu'une partie de leur chiffre d’affaires directement issu des activités dans l’eau.

Exemple, avec le groupe industriel américain Danaher, plus grande position du Pictet Water Fund avec 7 milliards d’euros. Le producteur de systèmes de purification Thermo Fisher Scientific, également actif dans le secteur de la santé, est un autre titre souvent présents dans les fonds en question.

Les fonds spécialisés dans l'eau ont établi un bon bilan sur les dix dernières années avec un rendement annuel moyen (en euros) de 11,4%. En comparaison, la moyenne des fonds d’actions mondiales est à 9,1% sur la même période.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés