analyse

Fonds: voici les 7 thèmes gagnants de 2019

Les 100 meilleurs fonds (tous des produits sur les actions) ont dégagé une performance moyenne de 40% sur l’exercice écoulé. Les actions américaines représentent encore 16 fonds dans notre top 100. Les actions européennes sont les grandes victimes boursières de la guerre commerciale.

Les fonds de placement ont réalisé un exercice étincelant, avec des progressions soutenues pour l’ensemble des classes d’actifs. Les 100 meilleurs fonds (tous des produits sur les actions) ont dégagé une performance moyenne de 40% sur l’exercice écoulé, et la plupart des grandes classes d’actifs ont terminé sur un bilan largement positif.

Il était difficile de se tromper en 2019, même s’il fallait avoir le discernement de revenir assez tôt sur les marchés après une fin d’année 2018 assez chaotique.

Pour réaliser ce classement, nous avons pris en considération les fonds de capitalisation disponibles sur le marché belge et accessibles au grand public, en donnant la préférence à la part libellée en euro (ou en dollar lorsqu’une part en euro n’était pas disponible). Nous avons exclu les fonds dont les actifs sont inférieurs à 10 millions d’euros, ainsi que les produits ouvertement indiciels ou protégés contre la fluctuation de l’euro sur les marchés des changes.

©MDF

Voici les principaux enseignements à tirer de ce bilan annuel.

1) Les Etats-Unis, encore et toujours.

Les actions américaines représentent encore 16 fonds dans notre top 100, un chiffre toutefois en recul par rapport à notre bilan du premier semestre, où 19 fonds étaient présents. En dépit des tensions commerciales et des craintes sur la croissance économique, les actions américaines ont poursuivi leur marche en avant. L’accident de 2018 semble donc avoir été bien digéré. L’autre acteur de la guerre commerciale, la Chine, a également connu une bonne année, avec 10 fonds présents dans le top 100, soit un de plus que lors du bilan du premier semestre.

2) L’Europe ralentit.

©MDF

Les actions européennes sont les grandes victimes boursières de la guerre commerciale. Le nombre de fonds d’actions européennes présents dans le top 100 est passé de 16 à 7 durant le second semestre. Le ralentissement de l’activité économique allemande et les incertitudes entourant le Brexit ont clairement modéré l’enthousiasme, tandis que la classe d’actifs est resté mal-aimée des grands gestionnaires internationaux.

3) La Russie séduit.

Les fonds en actions russes ont réalisé de belles progressions sur l’exercice écoulé, une performance soutenue par les grands producteurs de ressources naturelles, qui constituent la majorité de l’indice russe. L’indice principal de la place russe a d’ailleurs progressé plus rapidement que la plupart des fonds de notre top 100, qui sont structurellement sous-pondérés sur les principales capitalisations de la Bourse de Moscou (Lukoil, SBerbank, Gasoil). La bonne performance de ce marché a également permis à plusieurs fonds exposés à l’Europe émergente de faire leur entrée dans le classement.

4) La durabilité aussi.

©MDF

Alors que l’indice russe (fortement exposé au pétrole et au gaz) dégageait une performance soutenue, le classement a également vu l’entrée de plusieurs fonds exposés à des thèmes durables, comme la production d’énergies alternatives, le secteur de l’eau, l’écologie ou le changement climatique. Il est probable que cette tendance se poursuive durant les prochaines années, au vu des perspectives de croissance attendues sur certains de ces segments.

5) La technologie règne.

En dehors du contingent de fonds géographiques, le classement sectoriel est resté largement dominé par les fonds technologiques, avec 22 produits entrés dans le top 100. Si nous retrouvons les traditionnels fonds proposés par les grands gestionnaires internationaux, qui disposent d’historiques de performance à très long terme, cette catégorie est aujourd’hui envahie par de nombreux fonds "thématiques", lancés depuis moins de trois ans, sur des sous-secteurs comme la disruption technologique, la robotique, l’intelligence artificielle, les technologies financières ou la mobilité intelligente. La poussée thématique se marque désormais dans d’autres secteurs que la technologie, avec notamment des fonds exposés sur les nouvelles tendances de consommation ou les "millennials".

6) Les métaux précieux brillent.

©MDF

L’exercice 2019 a vu le cours du métal jaune atteindre de nouveaux sommets, ce qui a bénéficié à de nombreux acteurs des mines d’or. Avec trois fonds dans le top 100, cette classe a placé davantage de produits que les segments des biens de consommation ou de la biotech, pourtant habitués aux premières places du classement. Et avec une performance moyenne de 42,4%, ces produits ont également affiché des performances comparables au secteur technologique. Historiquement, la performance du secteur des métaux précieux a toutefois souvent été très volatile d’un exercice à l’autre.

7) En quête de croissance.

Dans un monde où les investisseurs restent pénalisés par la faiblesse des taux d’intérêt, les secteurs de croissance restent recherchés. Les fonds exposés aux valeurs de croissance restent les plus nombreux dans l’ensemble des zones géographiques (9 sur 13 pour les fonds globaux, 11 sur 16 sur les fonds en actions américaines), mais les fonds sectoriels et thématiques sont également symptomatiques d’une recherche de croissance dans les portefeuilles.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n