Forces combinées

Peter Van Maldegem, coordinateur Fonds. ©Debby Termonia

Suite à la pandémie de Covid-19, plus de 400.000 marins sont bloqués en mer. Bon nombre d’entre eux ont travaillé pendant 17 mois consécutifs, soit bien plus que la norme légale de 11 mois. Plus de 400.000 autres attendent pour décharger leur navire, souvent avec un salaire réduit ou pas de salaire du tout. D’après la Chambre internationale de la marine marchande, le nombre de marins touchés atteindra bientôt plus d’un million de personnes si ce problème n’est pas résolu rapidement.

La semaine dernière, 85 gestionnaires patrimoniaux, représentant ensemble plus de 2.000 milliards d’actifs sous gestion, ont, sous la direction du gestionnaire Fidelity International, envoyé une lettre aux Nations Unies enjoignant l’institution de s’attaquer à ce problème. Ils demandent que cette crise humanitaire soit rapidement réglée. Les signataires aborderont également cette préoccupation avec les entreprises de leur portefeuille concernées par cette question.

"On ne peut qu’applaudir l’initiative des maisons de fonds d’unir leurs forces pour s’attaquer à des problèmes humanitaires."
Peter Van Maldegem
Coordinateur Fonds

Cette action concertée entre les gestionnaires de patrimoine eût été impensable il y a dix ans. Ces dernières années, la conscience sociale de l’industrie des fonds s’est considérablement accrue, au point que les gestionnaires ne peuvent plus se permettre de négliger les aspects environnementaux, humains et sociétaux de leurs investissements.

Il faut reconnaître que cette action s’inscrit également dans une problématique économique. Le transport maritime représente 90% du commerce mondial et est donc la clé de la reprise économique attendue à la fin de la pandémie. Mais on ne peut qu’applaudir l’initiative des gestionnaires de patrimoine d’unir leurs forces pour s’attaquer à des problèmes humanitaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés