analyse

La reprise économique a dominé le palmarès des fonds

Les fonds spécialisés sur le secteur pétrolier se sont retrouvés en tête du classement semestriel. ©EPA

Après une année 2020 dominée, notamment, par les fonds technologiques, l’équilibre a été bouleversé en faveur des secteurs poussés par la croissance économique. À noter, la performance positive des fonds mixtes au premier semestre.

Les attentes d’une accélération de l’économie ont permis un renversement des équilibres dans le palmarès semestriel des fonds de placement. En moyenne, la performance des 100 meilleurs fonds commercialisés en Belgique est ressortie à 25,3%, ce qui est nettement supérieur à la moyenne de 15% qui avait été enregistrée durant les six premiers mois de 2020.

25,3%
La performance des 100 meilleurs fonds commercialisés en Belgique.

Pour les différents tableaux, nous avons arrêté la performance au 30 juin 2021 en reprenant les 100 meilleurs fonds commercialisés en Belgique. Seuls les fonds accessibles aux particuliers ont été repris (et donc pas les produits destinés aux institutionnels ou demandant un investissement minimum supérieur à 10.000 euros). Nous avons privilégié les fonds actifs dans leur compartiment de capitalisation en euro (ou à défaut en dollar). Nous avons également exclu les produits dont les actifs sous gestion sont inférieurs à 10 millions d’euros, ainsi que ceux dont l’historique de performance est inférieur à 12 mois. Les compartiments protégés contre la fluctuation des devises ont également été exclus afin de ne pas offrir une image biaisée dans un classement majoritairement composé de produits ne bénéficiant pas d’une telle protection.

Voici les douze principaux enseignements à retirer de ce bilan semestriel.

Le cycle a dominé…

Le cycle et les thématiques "value" ont clairement dominé dans un contexte international qui a été dominé par des attentes d’une croissance économique très rapide aux États-Unis et en Chine. Nous avons donc vu apparaître dans le classement des fonds et des thématiques que nous n’avions plus vus depuis très longtemps, avec par exemple des fonds sur les valeurs bancaires (dont un plus spécifiquement sur le secteur des FinTech), sur l’immobilier ou sur les sociétés actives dans le private equity.

Les Etats-Unis, différemment

En dépit de la disparition quasi-totale de la croissance et du secteur technologique, les États-Unis ont une nouvelle fois fourni le principal contingent de fonds. Il est également remarquable que pratiquement toutes les grandes régions mondiales soient représentées dans le classement, avec 15 fonds européens, 14 fonds asiatiques, 6 fonds émergents et 13 fonds exposés globalement sur les marchés boursiers. La Chine est toutefois la grande absente, les marchés ayant réagi négativement depuis le début du resserrement de la politique monétaire chinoise.

Small is beautiful (once again)…

Sur l’ensemble des grandes régions, nous avons également assisté à une tendance nette vers les petites et moyennes capitalisations, ce qui n’est pas étonnant vu que ce segment du marché réagit traditionnellement bien au sortir des récessions. Dans l’ensemble, ce sont ainsi une quinzaine de produits qui sont exposés sur cette thématique bien spécifique.

"Les fonds spécialisés sur le secteur pétrolier se sont retrouvés en tête du classement semestriel."

L’énergie dans la foulée du brut

Alors que le baril de Brent affiche désormais une progression de 45% depuis le début de l’année, les fonds spécialisés sur le secteur pétrolier se sont retrouvés en tête du classement semestriel. En dépit de ce rebond impressionnant (35% en moyenne), ce secteur affiche encore une performance annualisée qui reste largement négative sur une période de cinq ans. De quoi relativiser la hausse des six premiers mois de 2021.

Les matières premières

De même, nous trouvons également dans le classement cinq fonds qui n’investissent pas sur les actions, mais sur les marchés des matières premières, généralement au travers de dérivés ou contrat futurs. Et comme pour les fonds pétroliers, la hausse semestrielle doit surtout être vue comme un rattrapage après plusieurs années décevantes sur cette classe d’actifs.

KBC Asset Management se distingue avec six produits, notamment sur le secteur financier, sur les petites capitalisations américaines ou sur les matières premières.

Schroders domine, suivi de KBC

Le gestionnaire britannique Schroders a bien négocié la rotation sectorielle du début 2021, en plaçant pas moins de sept fonds dans le top 100, notamment sur l’Europe émergente, sur les pétrolières, sur les actions globales à rendement ou sur les thématiques value.

Derrière, c’est KBC Asset Management qui se distingue avec six produits, notamment sur le secteur financier, sur les petites capitalisations américaines ou sur les matières premières. Le reste du classement est dominé par les gestionnaires anglo-saxons, avec cinq fonds pour BlackRock et Franklin Templeton, et quatre pour Fidelity et JP Morgan Asset Management.

Des tailles en chute libre

Alors que le palmarès 2020 avait été très largement dominé par les grands fonds de croissance, le changement radical d’orientation sectorielle a entraîné un effondrement de la taille des fonds représentés dans le classement. À peine 14 des fonds affichent des actifs sous gestion supérieure à 1 milliard d’euros, contre 41 à la fin de l’année 2020. De même, le nombre des fonds dont la taille est inférieure à 500 millions d’euros est passé de 43 à 73.

Des profils atypiques

Ce recul des tailles a permis l’apparition de fonds très originaux dans le classement, comme ceux qui se spécialisent sur les entreprises qui réalisent des rachats d’actions propres, ou un produit qui vise plus spécifiquement les sociétés qui s’introduisent en bourse.

Les fonds exposés sur les marchés frontières ou sur des marchés émergents plus exotiques (comme le Vietnam ou Taïwan) ont également fait leur entrée dans le classement, de même que deux fonds de Fidelity sur les actions françaises ou italiennes ainsi qu’un fonds de Nordea sur les actions scandinaves.

Les flexibles au rendez-vous

Les fonds mixtes flexibles repris dans notre échantillon de 47 produits ont dégagé une performance moyenne de 6,7% durant les six premiers mois de l’année, avec des performances plus rapides pour les fonds les plus dynamiques (+10,8%). Ces derniers affichent également des performances séduisantes sur une période de cinq ans, avec des progressions annualisées proche de 8%. Aucun fonds mixte flexible n’a réalisé une performance négative durant les six premiers mois de 2021.

En ligne avec l’épargne pension

Dans l’ensemble, le portefeuille de 47 fonds flexibles affiche une progression en ligne avec la moyenne des performances dégagées par les fonds d’épargne-pension, soit 5,4% pour les deux groupes de produits sur une période de cinq ans. Les fonds flexibles qui intègrent le versement d’un rendement (sur base trimestrielle, semestrielle ou annuelle) affichent pour leur par une progression de 5,6% durant le premier semestre 2021, et de 3,1% sur une période de cinq ans, en plus d’un rendement moyen tournant autour de 3,3%.

14 milliards
d'euros
Les fonds flexibles plus traditionnels ont enregistré une très forte progression de leurs actifs sous gestion, soit 14 milliards d’euros de plus pour notre échantillon.

Encours en hausse

En dépit de leurs qualités qui restent indéniables pour les investisseurs à la recherche d’un rendement régulier, les fonds flexibles "income" n’ont pas vu les investisseurs se bousculer durant le premier semestre, avec une stabilisation globale des encours pour les dix fonds repris dans notre classement.

À l’inverse, les fonds flexibles plus traditionnels ont enregistré une très forte progression de leurs actifs sous gestion, soit 14 milliards d’euros de plus pour notre échantillon avec des encours globaux qui atteignent près de 150 milliards d’euros.

De jolis succès commerciaux

Dans toutes les catégories, certains fonds ont réalisé des percées commerciales, ou ont confirmé un succès grandissant chez les investisseurs. Dans les fonds prudents, Pictet-Multi-Asset Global Opportunities a ainsi vu ses actifs sous gestion grimper de près de 20% pour dépasser désormais 8 milliards en encours.

Parmi les autres succès du semestre, nous pouvons citer également Flossbach von Storch Multiple Opportunities (+1,8 milliards d’euros), PIMCO GIS Dynamic Multi Asset (+2,7 milliards d’euros), BlackRock Global Allocation (+3 milliards de dollars) ou encore JP Morgan Global Balanced (+1 milliard d’euros).

Le résumé

  • En moyenne, la performance des 100 meilleurs fonds commercialisés en Belgique est ressortie à 25,3% au premier semestre.
  • La rotation sectorielle a fait apparaître dans le classement des fonds et des thématiques plus vus depuis très longtemps.
  • Pratiquement toutes les grandes régions mondiales sont représentées dans le classement.
  • Sur l’ensemble des grandes régions, nous avons également assisté à une tendance nette vers les petites et moyennes capitalisations.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés