Publicité

"Nous visons des solutions au climat"

Parmi les positions du fonds Climate Fund: Lerøy Seafood, deuxième plus grand producteur de saumon norvégien. «Le saumon est une des sources de protéines animales les moins polluantes», souligne Gino Delaere, chez Econopolis. ©doc

Pour son Climate Fund, Econopolis ne sélectionne que des entreprises proposant des solutions positives pour le climat. "C’est logique pour un fonds climatique."

Enregistré en juillet dernier, le nouveau fonds s’inspire du livre Drawdown de Paul Hawken. L’activiste environnemental américain a demandé à des dizaines d’experts d’identifier les solutions les plus efficaces pour résoudre le problème climatique. La question fondamentale ne concerne pas uniquement la façon dont nous pouvons réduire nos émissions de gaz à effet de serre, mais surtout la manière dont nous pouvons revenir vers les valeurs du passé. Le projet a abouti à 100 solutions concrètes et réalistes pour freiner le réchauffement de la Terre. Certaines sont entre-temps devenues réalité, tandis que d’autres se trouvent encore en phase de développement.

«Nous ne voulions pas d’un fonds avec des entreprises dont par exemple 8% du chiffre d’affaires sont issus d’activités durables.»
Gino Delaere
Gestionnaire de fonds chez Econopolis

«Drawdown est le fil rouge de notre fonds climatique», explique le cogestionnaire du fonds Gino Delaere. «Nous ne voulions pas d’un fonds avec des entreprises dont par exemple 8% du chiffre d’affaires sont issus d’activités durables. Il doit s’agir de véritables solutions au problème climatique.» Concrètement, cela signifie que les entreprises sélectionnées sont actives dans trois domaines: la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la captation des émissions et le «progrès social». Le troisième pilier porte sur l’amélioration de la situation des petits fermiers, le planning familial et l’éducation des filles, un domaine où les possibilités d’investissement sont cependant plus limitées.

Fonds

  • Interview avec Sandy Boss, Global Head of Investment Stewardship chez BlackRock: "Nous avons besoin des géants du pétrole pour réussir la transition énergétique"

Le supplément Fonds, ce mercredi 20/10, gratuit avec L'Echo.

Dans le volet «captation», il s’agit pour l’instant de la plantation et de la gestion de forêts et de systèmes de capture des gaz. On y trouve la société américaine Weyerhaeuser, le plus grand propriétaire privé de forêts au monde, et Air Liquide, le spécialiste français des gaz industriels.

Réduction des gaz à effet de serre

Il va sans dire que la plupart des opportunités se situent au niveau de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cinq domaines sont pris en compte: l’électricité, l’agroalimentaire, l’industrie, les transports et les bâtiments. Dans le segment «alimentation et agriculture», le fonds privilégie l’alimentation à base de plantes, la lutte contre le gaspillage alimentaire et l’agriculture de précision. Parmi les exemples, on peut citer Lerøy Seafood, le deuxième plus grand producteur de saumon norvégien. «Le saumon est une des sources de protéines animales les moins polluantes», souligne Delaere, qui cite les faibles émissions de CO2 et le taux de transformation positif des aliments pour animaux en poisson.

Il est possible de réduire l’impact de l’industrie sur le climat de nombreuses façons. La société irlandaise Smurfit Kappa, qui produit des emballages en papier, est un acteur important de ce secteur. Il compte parmi ses clients des géants comme Danone et Nestlé.

L’objectif du fonds est de détenir entre 40 et 50 positions. Pour l’instant, il en compte 42.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés