Publicité
Publicité
interview

"L'immobilier est cher, mais correctement évalué"

"La demande de biens immobiliers reste supérieure à l’offre. Mais même si les valorisations sont élevées, les fondamentaux du marché restent sains", explique le Belge Jean-Luc Seidenberg, qui gère à Londres, pour la banque suisse UBS Asset Management, un portefeuille de 18 milliards d’euros de biens immobiliers.