interview

"Le produit d'épargne-pension européen va bouleverser le deuxième pilier"

©RV-DOC

L’Europe prépare un produit d’épargne-pension harmonisé dans lequel chaque citoyen pourra investir librement. D’après Hans van Meerten, professeur spécialisé en droit international des retraites à l’Université d’Utrecht, un tel produit pourrait bouleverser le marché des fonds de pension.

1. Qu’est-ce qu’un PEPP et quand ce produit sera-t-il mis sur le marché?

Une ordonnance européenne datant de juin 2019 a ouvert la voie à un produit d’épargne-pension avec passeport européen, baptisé Pan-European Personal Pension product (PEPP). Il s’agit d’un produit individuel non obligatoire qui permettra aux Européens d’épargner pour leur pension. Une sorte de compte-pension bancaire, donc. Aujourd’hui, seuls 27% des Européens entre 25 et 59 ans investissent à titre personnel dans un produit d’épargne-pension. Le PEPP pourra être proposé par des prestataires de services financiers: fonds de pension existants, compagnies d’assurance, gestionnaires de patrimoine et banques. L’intention n’est pas que ce produit remplace la pension légale ou les fonds de pension des entreprises. Il s’agit d’un produit dans lequel chaque citoyen pourra librement décider d’investir. Les premiers produits devraient être lancés en 2021. Plusieurs acteurs sont en train de mettre au point des PEPP.

2. Si ce produit n’est pas voué à remplacer le deuxième pilier, pourquoi estimez-vous qu’il constitue une menace?

Il est possible que les employeurs offrent la possibilité à leurs collaborateurs d’investir dans un PEPP. Aujourd’hui, de nombreux prestataires de pensions ne peuvent mettre en place qu’un plan de pension collectif, et dans ce cas, chaque employé est obligé d’investir dans le même plan de pension ou assurance-groupe. Avec un PEPP, les employeurs peuvent mettre en place un régime de retraite sur mesure pour leurs collaborateurs. Cela permettra de résoudre un autre problème. Lorsqu’un travailleur change d’emploi, il est très difficile de transférer son plan auprès de son nouvel employeur, et plus difficile encore s’il part travailler dans un autre pays de l’UE. Avec un produit harmonisé au niveau européen, cet obstacle disparaîtra. Enfin, on peut s’attendre à une onde de choc du côté de l’offre vu que les maisons de fonds et même les sociétés d’informatique pourront proposer des PEPP.

3. Qu’est-ce que cela signifie pour les fonds d’épargne-pension existants du troisième pilier?

Le PEPP est un produit harmonisé qui peut être utilisé dans toute l’Europe. Il apporte donc une réponse à la fragmentation qui existe au niveau des produits d’épargne-pension individuelle. Une conséquence de cette fragmentation, c’est que les fournisseurs actuels de ces produits ne peuvent pas tirer avantage d’un effet d’échelle, d’innovation ni de la diversification des risques. Résultat: un manque de liquidités et de profondeur sur les marchés des capitaux. L’épargne-pension coûte donc plus cher et est moins intéressante pour les épargnants. Alors qu’un PEPP peut tirer profit des économies d’échelle. Au niveau fiscal, les produits d’épargne-pension offrent aujourd’hui un avantage fiscal, mais cela ne devrait pas être un problème pour les produits PEPP. La Commission européenne a encouragé les pays membres à accorder les mêmes avantages fiscaux qu’aux autres produits, pour garantir une égalité de traitement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés