Une perte de 50 milliards d'euros pour le plus gros fonds souverain

Le fonds souverain de la Norvège a connu en 2018 sa deuxième plus mauvaise performance avec une perte de 485 milliards de couronnes en raison de la chute des marchés d'actions. Mais il en a profité pour racheter des actions à la fin de l'année.

Le fonds souverain norvégien, plus gros fonds souverain au monde avec quelques 1000 milliards de dollars sous gestion, a subi une perte de 6,1% en 2018, soit 485 milliards de couronnes (50 milliards d'euros). Il n'avait plus connu de pertes depuis 2011. "2018 a été une année d'attentes de croissance  contrastées et d'appréhensions sur les effets des droits de douane en hausse" a déclaré Yngve Slyngstad, le directeur du fonds. "Les inquiétudes sur la croissance économique mondiale ont augmenté au quatrième trimestre, incitant un déclin plus prononcé des prix des actions, y compris aux Etats-Unis" a-t-il ajouté.

Le fonds, qui détient 1,4% en moyenne des actions globales (et figure parmi les actionnaires étrangers les plus importants des titres du Bel 20), est fort dépendant de l'évolution des marchés d'actions. En 2018, l'indice MSCI World avait perdu 10,44%. Mais cette année, les marchés d'actions rebondissent. 

Le fonds souverain norvégien a profité de la correction des marchés d'actions l'année passée pour acheter de nouveaux titres. Yngve Slyngstad a indiqué que le fonds a acheté "un montant significatif d'actions en janvier", ce qui l'a ramené proche d'une pondération de 70% en actions, son objectif. A la fin de l'année dernière, il détenait 66,3% de son portefeuille en actions, 30,7% en obligations et 3% en immobilier.

Ses investissements en obligations ont dégagé un rendement de 0,6% tandis que ceux de l'immobilier ont offert une performance de 7,5%. Les placements en actions ont eux affiché une perte de 9,5%. A la fin 2018, il valait 8.256 milliards de couronnes contre 8.488 milliards un an auparavant. L'affaiblissement de la couronne et le versement par l'Etat norvégien de ses recettes pétrolières, soit 34 milliards de couronnes, ont contribué à limiter la chute de la performance du fonds. En outre, l’année dernière,  les prix du pétrole avaient reculé. Le baril de Brent avait perdu 19,55%. 

Les plus grands investissements du fonds en 2018 furent Microsoft , Apple et Alphabet (Google) alors que ses placements obligataires les plus importants furent en obligations d'Etat japonaises et allemandes. Il était investi dans 73 pays et 50 devises.  L'Amérique du Nord pesait 43% du fonds, l'Europe 34,1 %, l'Asie  19,3% et les marchés émergents  10,3%.  

Publicité
Publicité

Echo Connect