L'égalité des sexes booste la performance financière

©REUTERS

Les entreprises ouvertes à une égalité de traitement entre hommes et femmes affichent de bonnes performances boursières.

De nombreuses études académiques ont montré l’impact favorable d’une plus grande égalité de traitement entre les hommes et les femmes sur la performance financière d’une entreprise. Le premier gestionnaire de fonds à se lancer dans cette thématique (sur le marché belge) a été RobecoSAM en 2015. Au bout de trois ans sur le marché, cette stratégie affiche des performances attractives par rapport à son indice de référence.

"Il s’agit d’une thématique qui a pris de plus en plus d’importance ces dernières années, avec notamment des initiatives réglementaires qui ont été prises dans plusieurs régions du monde afin d’imposer davantage de transparence, souligne Junwei Hafner-Cai, gestionnaire du fonds. Le marché des fonds exposés à cette thématique est passé de 100 millions de dollars en 2014 à plus de 2 milliards de dollars aujourd’hui."

"Notre fonds affiche une surperformance de 1% par an par rapport au reste du marché."
Junwei Hafner-CAi
Gestionnaire de fonds

La gestionnaire souligne qu’il existe de nombreuses recherches académiques qui soutiennent la thèse qu’une plus grande égalité de traitement entraîne une meilleure performance financière. Elles démontrent également que ces sociétés parviennent à retenir plus facilement leur capital humain, avec un impact favorable sur leur marque. "Nous avons testé historiquement la méthodologie de notre fonds, ce qui avait permis de démontrer une surperformance de 1% par an par rapport au reste du marché, avec une volatilité moindre. Et depuis le lancement du fonds, la performance a été encore meilleure."

"Gender score"

Ce fonds fait partie de la gamme thématique de RobecoSAM, un des gestionnaires les plus engagés sur le front de l’investissement durable depuis plus de 20 ans. Par rapport à de nombreux autres gestionnaires qui se reposent souvent sur les données de fournisseurs externes, RobecoSAM a développé sa propre recherche afin de déceler les meilleures pratiques des entreprises cotées. "Chaque année, nous envoyons des questionnaires à 4.500 sociétés au niveau mondial, en leur posant une centaine de questions, dont cinq sont directement liées à l’égalité de traitement entre hommes et femmes."

Les questions portent...

...sur la présence de femmes au conseil d’administration et dans les différents étages du processus décisionnel, ainsi que sur les procédures de nomination dans les entreprises; la capacité à retenir leur personnel; les différences salariales entre hommes et femmes; les études de satisfaction des employés; et les mesures prises pour favoriser la vie familiale (présence de crèche au travail, etc).

"Environ un tiers des sociétés nous répondent spontanément, une proportion en augmentation croissante ces dernières années. Pour les autres, nous devons faire le travail de recherche nous-mêmes en recherchant dans les informations disponibles publiquement", souligne Junwei Hafner-Cai. De cette étude va découler un Gender score, qui constituera la première étape dans la sélection des titres qui vont entrer dans la composition du fonds. À noter qu’une entreprise qui favoriserait l’emploi féminin plutôt que masculin se verrait également pénaliser au niveau de son score.

Stratégie

Au niveau de la stratégie d’investissement, le fonds géré par Junwei Hafner-Cai vise une diversification comprise entre 40 et 70 noms (actuellement autour de 65), avec un taux de rotation des actifs qui reste relativement faible (autour de 30% par an) et un profil très diversifié par rapport à son indice de référence (active share de 85%). "En outre, notre fonds aura tendance à mieux se comporter lors des phases baissières, avec une performance qui sera principalement dépendante de notre sélection d’actions plutôt que de la direction du marché."

Au niveau géographique, le portefeuille surpondère les actions européennes et sous pondère assez largement les actions asiatiques. "La transparence dans cette région n’est pas encore au niveau des autres grandes régions avec notamment une représentation des femmes dans les conseils d’administration qui reste très largement inférieure à ce qu’il est possible d’observer en Europe, souligne Junwei Hafner-Cai. Les pratiques s’améliorent dans le domaine de l’égalité homme – femme, mais pas aussi rapidement qu’il serait possible de croire. Les progrès sont généralement assez lents."

Enfin, en termes sectoriel, le fonds aura tendance à privilégier la technologie (et notamment les sociétés exposées aux paiements électroniques), les producteurs de biens de consommation ou les soins de santé, au détriment de secteurs comme l’énergie ou les utilities, qui affichent un retard certain.

AXA IM

Axa Investment Managers a également mis la montée en puissance des femmes au menu de son offre, en lançant il y a quelques mois un fonds Axa WF – Framlington Women Empowerment.

Anne Tolmunen, gestionnaire du fonds, souligne que sa stratégie vise des sociétés qui affichent des valorisations attractives, avec une culture positive par rapport à la montée en puissance des femmes dans leur structure de direction, sans les cantonner dans des métiers souvent très féminins tels que la gestion des ressources humaines ou la communication.

"Notre gestion se base sur une recherche ESG (NDLR: respect des critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance) destinée à identifier la manière dont cet élément influence la performance financière sur le long terme." Elle souligne que la performance de cette stratégie est robuste sur la base des études qui ont été menées avant le lancement, et notamment une étude publiée par le Crédit Suisse en 2016 qui avait montré que les sociétés avec au moins une femme au conseil d’administration avaient dégagé une surperformance de 3,5% par an entre 2006 et 2016.

"Ce profil favorable a été confirmé depuis le début de la commercialisation du fonds." Sur cette base, l’allocation géographique du fonds a tendance à sous-pondérer le Japon. "Et nous nous attendons à ce que le fonds reste sous-exposé sur le Japon pendant encore un bon moment, indique encore Anne Tolmunen. Au niveau européen, avoir des fonds ESG fait aujourd’hui partie du prix à payer pour pouvoir entrer sur le marché au niveau des institutionnels."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content