Publicité

"L'explosion du cours de Facebook et de Google est totalement justifiée"

Rob Deneke, gestionnaire de fonds chez Juno. ©rv

Rob Deneke travaille chez le gestionnaire de niche Juno, où il gère un fonds qui investit dans des mid caps européennes. "Nous nous focalisons sur la croissance des bénéfices des entreprises, que nous considérons comme la plus importante source de rendement."

Fonds

  • Interview avec les gestionnaires à l’origine du courrier incendiaire à Ontex: "Notre objectif n’est pas d’être populaires auprès des patrons"
  • Les fonds favoris de Steven De Punt
  • Obligations vertes: plus un marché de niche pour longtemps

Le supplément Fonds, ce mercredi 23/09, gratuit avec L'Echo.

Vous aviez déjà un fonds qui investit dans les small caps. Pourquoi avoir créé ce nouveau fonds en février?

Rob Deneke: "Depuis 2008, Juno investit dans des small et mid caps européennes via le Juno Selection Fund. Pour être en mesure d’investir efficacement, nous avons fixé le plafond de ce fonds à 500 millions d’euros. Nous avons atteint cette limite et le fonds est fermé aux nouveaux investisseurs. Vu que nous estimons que notre stratégie peut encore apporter de la valeur ajoutée pour les investisseurs, nous avons créé le Continuation Fund en février. Ce fonds se concentre sur les mid caps un peu plus grandes.

Nous nous intéressons surtout à la hausse des bénéfices des entreprises, qui représente la principale source de rendement. Nous privilégions les entreprises familiales en raison de leur stratégie axée sur le long terme et de leur solidité bilantaire, dans des secteurs non cycliques. Nos recherches approfondies nous permettent de limiter les risques. Nous développons une très bonne connaissance des entreprises, ce qui est difficile si vous investissez dans de nombreux titres."

Quelles sont les trois principales participations du Continuation Fund et pourquoi?

Rob Deneke: "Il y a de nombreux candidats dans le domaine médical et technologique. Juno opte pour les entreprises peu endettées et dont les cash flows sont importants et stables. Les trois plus grandes positions du Continuation Fund sont la société française Teleperformance, l’entreprise suisse Logitech et la société danoise Simcorp.

Teleperformance est le leader des centres d’appel. Si vous avez une plainte concernant votre iPhone, vous n’aurez pas Apple au bout du fil, mais un employé de cette société. Alors que les relations avec la clientèle sont de plus en plus compliquées pour les entreprises, Teleperformance en a fait son cœur de métier.

Logitech est connue pour ses claviers et ses souris d’ordinateur. L’entreprise a grandement bénéficié de la tendance actuelle au télétravail. Elle est également active dans le gaming et les webcams, qui ont également reçu un solide coup de pouce du confinement.

Enfin, Simcorp fournit des logiciels essentiels pour les gestionnaires d’actifs et les fonds de pension. Il s’agit d’une activité très stable, avec des bénéfices et des cash flows prévisibles."

Comment analysez-vous la récente correction boursière des grandes actions technologiques?

Rob Deneke: "Les entreprises FAANG – Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Google/Alphabet – sont de grands groupes technologiques auxquels nous ne nous intéressons pas vraiment parce qu’ils sont trop grands et non européens. Mais nous avons bien entendu suivi le “tech hype”. L’explosion du cours de ces actions a été alimentée par la hausse vertigineuse de leurs bénéfices, notamment pour Google et Facebook. Ce n’est pas du vent, car il existe une réalité économique derrière ces chiffres.

À un moment donné, la bourse se retrouve dans une situation où les investisseurs ont peur de rater le coche, ce qui provoque une bulle spéculative. Notre portefeuille n’a pas souffert de cette correction car nous n’étions pas investis dans les grands noms qui avaient le plus augmenté. Nous ne détenions pas non plus de véritable entreprise “tech” dans notre portefeuille, mais plutôt des sociétés qui utilisent internet et la technologie, comme le livreur de repas Takeaway. Dans ce cas également, la croissance est forte, mais sans valorisation excessive."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés