"La biotech Genmab n'a commis l'erreur de Thrombogenics"

©RV DOC

Eva Fornadi est cogestionnaire de fonds d’actions chez Comgest Gestion. Cette société française a remporté le Fund Award du meilleur gestionnaire en actions pour la quatrième année consécutive.

En 2017, le fonds Comgest Growth Europe Opportunities a affiché un rendement de 23%, soit plus du double de son indice de référence (+10%). Comment expliquez-vous cet excellent résultat?

Notre fonds se focalise sur les entreprises en croissance. L’analyse des sociétés qui s’attendent à une hausse durable de leurs bénéfices nous amène à une proportion de 34% de sociétés biotechnologiques et de 24% de sociétés informatiques. Par comparaison: dans l’indice européen, les deux secteurs combinés représentent à peine 16%. Pour le reste, soyons clairs: nous ne nous préoccupons ni des indices de référence ni des secteurs. Nous essayons d’identifier les entreprises en croissance sur base ‘bottom-up’, quel que soit le secteur.

Votre principale position est Ryanair (5,6%). Cela ne vous pose-t-il pas un problème éthique?

Ryanair obtient de mauvais scores en matière de gestion des Ressources Humaines et de gouvernance. Ce sont les ‘S’ et ‘G’ des critères ESG (Environnemental, Social et Gouvernance, ndlr). Mais au niveau du ‘E’, Ryanair se classe très bien: elle possède la flotte d’avions la moins polluante du secteur. Si l’entreprise améliore ses résultats sur le plan de la durabilité, nous pourrons envisager d’augmenter notre position. Nos modèles d’évaluation tiennent compte d’un bonus de durabilité.

Fund Awards 2018

Consultez notre dossier Fund Awards 2018 en cliquant ici.

Nous pensons que si nous voulons pousser les entreprises à être plus durables, le dialogue est plus efficace qu’une liste noire. Nous détenons Ryanair en portefeuille parce que la compagnie affiche les coûts les plus bas et peut ainsi profiter au mieux de l’augmentation attendue du nombre de passagers dans le monde. Par ailleurs, Ryanair a contribué à démocratiser les voyages en avion, ce qui a une certaine valeur sur le plan social.

Les sociétés biotechnologiques représentent une part importante de votre portefeuille. Pourtant, on n’y trouve aucune société belge.

Vous avez raison, mais c’est l’effet du hasard. Nous détenons Genmab, un spécialiste danois des anticorps. La société possède deux produits approuvés par les autorités, dont un est distribué par Janssen Pharmaceutica. Elle n’a donc pas commis l’erreur de Thrombogenics, qui a voulu vendre elle-même son médicament ophtalmologique Jetrea. Si vous n’avez aucune expérience dans la vente, mieux vaut s’abstenir.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content