La crise ampute les fonds belges de 28,5 milliards d'euros

Les fonds de placement belges ont subi le krach boursier de la fin de l'hiver dernier de plein fouet. ©Mediafin

Au premier trimestre, l'actif net des fonds commercialisés en Belgique a chuté de 13% à 191,1 milliards d'euros. On attend un redressement au trimestre suivant.

Pas de miracle pour les fonds d'investissement belges. D'après les statistiques de la Beama (Belgian Asset Managers Association), l'association belge des gestionnaires d'actifs, les fonds commercialisés en Belgique ont subi de plein fouet le krach boursier survenu entre la mi-février et la mi-mars à cause de l'arrêt de l'économie dû aux mesures de confinement adoptées pour contenir la pandémie de coronavirus. Au premier trimestre 2020, l'actif net de ces fonds a baissé de 28,5 milliards d'euros, soit 13%, à 191,1 milliards d'euros, contre 219,6 milliards fin décembre 2019.

"Malgré l'impact de la pandémie de Covid-19 sur les actifs nets, les investisseurs ont conservé leur confiance dans le marché belge des fonds."
Johan Lema
Président de la Beama

Toutefois, "ce recul de l'actif net des fonds belges est dû aux baisses des cours enregistrées par les actifs sous-jacents de ces fonds au cours du mois de mars (-16,0%) et non à des remboursements nets importants", souligne la Beama. Autrement dit, les investisseurs n'ont pas procédé à des retraits importants: c'est la valeur des actifs dans lesquels les fonds sont investis qui a diminué à cause du plongeon des marchés boursiers.

Ce qui fait dire à Johan Lema, le président de la Beama, que "malgré l'impact de la pandémie de Covid-19 sur les actifs nets, les investisseurs ont conservé leur confiance dans le marché belge des fonds".

Reprise au deuxième trimestre

Il n'y a donc pas eu de panique parmi les détenteurs de fonds belges. Le 22 juin dernier, la FSMA (Financial Services and Markets Authority), l'Autorité des services et marchés financiers, signalait, dans un communiqué, que les fonds belges "tenaient bon". La Beama confirme: "Il n'y a pas eu de sortie d'investisseurs au niveau du marché au cours du premier trimestre", affirme-t-elle.

"Au cours du deuxième trimestre de 2020, une grande partie des baisses de valeur a déjà été récupérée."
L'association belge des gestionnaires d'actifs (Beama)

Grâce au rebond que les marchés financiers ont enregistré depuis le début du printemps, les fonds belges devraient afficher une meilleure mine sur la période avril-juin. "Au cours du deuxième trimestre de 2020, une grande partie des baisses de valeur a déjà été récupérée", indique la Beama.

Tous les fonds ne sont pas logés à la même enseigne. Durant le premier trimestre, les fonds qui investissent principalement en titres à revenus fixes (fonds obligataires et monétaires) sont parvenu à enregistrer une progression de 4,5% de leur actif net, surtout à cause d'opérations techniques sur le marché monétaire réalisées par des fonds mixtes pour préserver leur valeur.

L'épargne-pension... pas épargnée

Du côté des fonds qui investissent principalement en titres à revenus variables, la situation est beaucoup moins bonne. Et pour cause, on regroupe dans cette catégorie les fonds mixtes et les fonds d'actions, ces derniers étant fortement exposés aux fluctuations boursières. Dans l'ensemble, les fonds de titres à revenus variables ont vu leur actif net fondre de 17,3%. Pour les seuls fonds d'actions, la contraction est de 17 milliards d'euros, soit 25,8%, explique la Beama.

2,4 mds €
Perte des fonds d'épargne-pension au premier trimestre
Les fonds d'épargne-pension belges ont subi une baisse de 2,4 milliards d'euros de janvier à mars, soit 11,5%, ce qui a ramené leur actif net à 18,9 milliards d'euros.

Les fonds d'épargne-pension n'ont pas échappé à la correction. Au premier trimestre, ils ont subi une baisse de 2,4 milliards d'euros, soit 11,5%, ce qui a ramené leur actif net à 18,9 milliards d'euros en tout. Cela n'a pas découragé certains d'y investir puisque ces fonds d'épargne-pension affichent une évolution légèrement positive dans les souscriptions nettes, de 14 millions d'euros. Les chiffres du deuxième trimestre devraient rasséréner quelque peu les Belges qui ont souscrit à ces fonds durant les trois premiers mois de l'année...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés