Le bois vaudra de l'or

©Photo News

Chez Pictet AM, il existe un fonds centré sur une thématique atypique: le bois. Son cours a bien progressé ces dernières années malgré une offre encore importante.

Les fonds thématiques font partie de l’ADN de Pictet Asset Management, avec une gamme de fonds lancée il y a plus de 20 ans (avec le fonds Pictet-Biotech) et qui s’est élargie progressivement au fil des années pour couvrir désormais une douzaine de stratégies. Elles vont de la nutrition en passant par la robotique ou la transition énergétique.

Fiche technique

Nom: Pictet Timber (ISIN: LU0340559557)

Gestionnaires: Gabriel Micheli, Christoph Butz

Stratégie: Le fonds s’expose majoritairement sur une cinquantaine de sociétés actives dans la plantation et la gestion de forêts, ou dans la production de produits dérivés sur bois. Le secteur étant assez confidentiel, plus de 65% des actifs est exposé sur des petites et moyennes capitalisations, avec 50% des actifs sur l’Amérique du Nord.

Principales expositions: Rayonier, Weyerhaeuser, PotlatchDeltic, Suzano Papel E Celulose, Stora Enso, UPM-Kymmene, International Paper

 

Le produit le plus original (et sans équivalent sur le marché belge) est toutefois Pictet-Timber , qui propose une exposition sur le secteur du bois, du plantage de forêts et de la gestion d’actifs forestiers en passant par la commercialisation des produits liés au bois, et en prenant une approche durable dans l’analyse des sociétés. Le fonds a dégagé une performance annualisée proche de 10% durant les cinq dernières années.

Cette stratégie atypique a également progressé de 7,4% depuis le début de l’année. Gabriel Micheli (gestionnaire du fonds) souligne que le cours du bois a continué à progresser ces dernières années en dépit d’une offre encore importante. "Il n’y a actuellement pas de pénurie de bois dans le monde, mais l’exploitation est soumise à des contraintes qui rendent difficile une hausse de l’offre. En outre, ces régions boisées sont souvent situées loin des zones où se trouve la demande. L’Allemagne devrait par exemple connaître une pénurie de bois d’ici 2020. Cela explique que le cours de la pâte à papier ait progressé de 66% depuis 2008. Sans oublier l’impact des mesures protectionnistes imposées par divers gouvernements (notamment les Etats-Unis ou la Chine)".

Et de souligner également l’impact de la demande pour le bois de chauffage en Europe (autrefois en déclin structurel) qui ne peut plus être satisfaite par les déchets des scieries et des exploitations forestières. "Elle augmente également au Japon, qui cherche un futur en dehors du nucléaire. Tandis que les produits dérivés du bois sont également de plus en plus recherchés comme matière première pour des nouveaux matériaux d’emballage biodégradable comme alternative au plastique. Les scieries tournent à pleine capacité partout dans le monde", constate encore Gabriel Micheli.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content