Les actions américaines suspendues aux élections

Une contestation de l'élection par un des deux candidats pourrait provoquer une hausse significative de la volatilité durant le dernier trimestre, indique Christian Goldsmith, de Morgan Stanley IM. ©REUTERS

Malgré la crise du coronavirus, les fonds d’actions américaines affichent des rendements élevés depuis le début de l’année. Mais à cause des élections présidentielles, les bourses pourraient se retrouver dans des eaux tumultueuses.

L’élection d’un nouveau président aux États-Unis reste toujours un événement majeur, même s’il n’a historiquement pas toujours provoqué de grands remous au niveau boursier. Les élections de novembre prochain sont toutefois de nature à provoquer beaucoup plus de volatilité que d’habitude.

Avantage croissance

Les actions américaines sortent d’une période exceptionnellement favorable, plus particulièrement pour les actions de croissance. Parmi la petite vingtaine de fonds de placement affichant une performance annualisée supérieure à 15% durant les cinq dernières années, pratiquement tous font partie de la catégorie des fonds investis en grande capitalisation de croissance (voir tableau).

Au niveau des principales positions dans les portefeuilles et des compositions sectorielles, la plupart de ces produits affichent des similitudes assez frappantes, avec des actifs sous gestion très importants et des présences significatives sur les valeurs technologiques (Microsoft, Apple) et sur le secteur de la communication (Facebook, Alphabet, Netflix), avec également des pondérations significatives sur certaines valeurs des services financiers exposées sur l’explosion des transactions électroniques (notamment MasterCard, Visa ou PayPal) ou sur le secteur de la consommation (Amazon, Tesla).

Si la plupart des fonds affichent une performance qui tourne autour de 15 à 25% depuis le début de l’année, quelques fonds se sont toutefois très fortement démarqués, et plus particulièrement les deux produits proposés par Morgan Stanley Investment Management, gérés par l’équipe dirigée par Dennis Lynch, qui ont crû de plus de 50% en étant positionnés depuis la fin 2019 sur un ensemble de sociétés qui ont très fortement progressé durant l’épidémie de coronavirus comme par exemple Zoom.

Incertitude politique

Pour les prochaines semaines, l’actualité aux États-Unis va toutefois être dominée par l’élection présidentielle. Les facteurs d’incertitude sont beaucoup plus importants que d’habitude, en raison d’une division politique profonde entre démocrates et républicains.

"La résurgence de l’épidémie de coronavirus, l’incapacité des politiciens à se mettre d’accord pour un nouveau plan de soutien et les incertitudes entourant l’élection (notamment le risque d’une élection contestée par un des deux candidats) pourraient provoquer une hausse significative de la volatilité durant le dernier trimestre", confirme Christian Goldsmith (Executive Director chez Morgan Stanley Investment Management). Une présidence ne disposant pas de la majorité dans les deux chambres serait également marquée par un affrontement permanent dans une ou deux des chambres élues, ce qui retarderait la mise en place des politiques de soutien économique.

«La résurgence de l’épidémie de coronavirus et les incertitudes entourant l’élection pourraient provoquer une hausse significative de la volatilité durant le dernier trimestre.»
Christian Goldsmith
Morgan Stanley IM

Retour de la value?

Si l’élection de Donald Trump avec une majorité dans les deux chambres est aujourd’hui difficile à envisager au vu des sondages et de la position forte des démocrates au niveau de la Chambre, le scénario le plus favorable aux marchés est aujourd’hui une élection de Joe Biden qui disposerait d’une majorité dans les deux chambres. Son programme comporte des investissements massifs au niveau des infrastructures (notamment dans le domaine des énergies renouvelables), des mesures susceptibles de favoriser dans un premier temps des secteurs value qui ont été relativement délaissés ces dernières années.

Pour Randeep Somel (gestionnaire de fonds chez M&G Investments), une victoire de Joe Biden "va favoriser le secteur des énergies renouvelables, les secteurs de l’isolation/rénovation des bâtiments ou encore les secteurs exposés aux véhicules électriques. Le secteur technologique, qui profite de l’engouement pour la numérisation, ne sera vraisemblablement pas perturbé non plus, quel que soit le candidat élu à la prochaine présidence".

Réglementations

"Nous ne faisons pas de paris quant aux prochains locataires de la Maison-Blanche. D’un point de vue global, l’élection de chacun des deux candidats présente des avantages et des inconvénients", souligne Giri Devulapally (gestionnaire du fonds JP Morgan Funds – US Growth Fund) "Certains points du programme démocrate sont susceptibles d’avoir un impact négatif, comme une augmentation des réglementations ou de la fiscalité sur les entreprises."

"À ce titre, je ne vois pas non plus l’administration américaine affaiblir volontairement un groupe américain alors que leurs concurrents chinois pourraient continuer à prospérer librement. Inversement, d’autres éléments pourraient évoluer plus favorablement si Joe Biden est élu, comme les relations avec la Chine."

Soins de santé

"La réaction récente des cours, en dépit des sondages favorables au candidat démocrate, semble indiquer que le marché commence à prendre en compte l’important plan d’infrastructure qui devrait suivre l’élection de Joe Biden", souligne Taymour Tamaddon (gestionnaire du fonds T. Rowe Price – US Large Cap Growth). "Les répercussions à moyen terme, par exemple au niveau de la fiscalité ou des réglementations, sont encore trop éloignées pour impacter déjà le marché."

«La réaction récente des cours semble indiquer que le marché commence à prendre en compte l’important plan d’infrastructure qui devrait suivre l’élection de Joe Biden.»
Taymour Tamaddon
gestionnaire du fonds T. Rowe Price - US Large Cap Growth

De même, il souligne qu’une élection des démocrates ne serait pas une mauvaise chose pour le secteur des soins de santé, car un élargissement de l’application de l’Obamacare pourrait permettre d’assurer un plus grand nombre de particuliers, et entraîner au contraire une augmentation du chiffre d’affaires du secteur avec un accès aux soins plus large et universel. "Nous sommes aujourd’hui surpondérés sur ce secteur."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés