Les atouts des valeurs techno européennes

JP Morgan Funds – Europe Dynamic Technologies contient plusieurs leaders dans des domaines comme les semi-conducteurs ou les senseurs, notamment ASML (microprocesseurs), STMicroelectronics (senseurs 3D) ou l’Allemand Infineon (véhicules électriques). ©ANP

Premier épisode de notre nouvelle série d’été, consacrée aux meilleurs fonds thématiques. Le secteur techno recèle moins de grands noms populaires en Europe. Mais il a des atouts à faire valoir auprès des investisseurs.

Il existe aujourd’hui de très nombreux fonds exposés à la technologie. Ce secteur a d’ailleurs rassemblé le plus grand nombre de nouveaux fonds thématiques lancés ces derniers mois, dans des domaines aussi divers que l’intelligence artificielle, la robotique, les fintechs ou les sociétés disruptives.

Fiche technique

Nom: JP Morgan Funds – Europe Dynamic Technologies (ISIN: LU0117884675)

Gestionnaires: Jonathan Ingram, John Baker, Anis Lahlou-Abid

Stratégie: Le fonds est exposé sur une cinquantaine de lignes, avec une concentration importante sur les grands noms de la technologie européenne, mais avec également 35% des actifs exposés sur les petites et moyennes capitalisations. En outre, 70% des actifs sont concentrés sur l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et la Suède.

Principales expositions: ASML, SAP, Capgemini, Amadeus, Ericsson, Wirecard, Infineon, STMicroelectronics

Sur l’ensemble de ces fonds (au sein desquels nous retrouvons souvent une très large majorité de groupes américains ou chinois), il n’en existe toutefois qu’un seul qui investisse majoritairement dans les valeurs technologiques européennes: JP Morgan Funds – Europe Dynamic Technologies . Ce fonds affiche une performance historique attractive, d’environ 13,5% en rythme annualisé sur la dernière décennie.

Anis Lahlou-Abid (gestionnaire principal) souligne que le continent européen ne recèle pas spécialement de grands noms actifs dans le commerce électronique ou dans les réseaux sociaux. Il contient cependant plusieurs leaders dans des domaines comme les semi-conducteurs ou les senseurs, et dont le secteur technologique global pourrait difficilement se passer "car ils se trouvent à des endroits stratégiques dans la création de valeur et dans la mise en place de l’internet des objets". Il cite notamment ASML (microprocesseurs), STMicroelectronics (senseurs 3D) ou l’Allemand Infineon (véhicules électriques).

"Le secteur technologique européen est en outre relativement isolé des événements macroéconomiques, et il évolue historiquement de manière assez indépendante par rapport au secteur global; avec des valorisations qui sont significativement plus attractives avec une croissance attendue des résultats par action attendue entre 15 et 20% pour les trois prochains exercices". Parmi les sous-secteurs qu’il apprécie pour le long terme, Anis Lahlou-Abid pointe notamment les groupes exposés sur les véhicules électriques, l’impression en 3D, les fintech, la réalité augmentée, la domotique, la cybersécurité, le cloud et la biotech.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content