Publicité

Les Belges considèrent qu'investir est réservé aux riches

©Bloomberg

La principale raison que les Belges invoquent pour ne pas investir, c’est de ne pas disposer de "sommes importantes", alors que le seuil minimum pour investir n’a jamais été aussi bas.

Le gestionnaire d’actifs JPMorgan Asset Management a mené une enquête auprès de 1.000 Belges concernant leurs finances personnelles. "Nous arrivons une fois de plus à la conclusion que les Belges ont plus que jamais besoin d’éducation financière", conclut le stratégiste Vincent Juvyns.

Le compte d’épargne – qui ne rapporte quasiment plus rien – reste malgré tout très populaire en Belgique. Quelle que soit l’évolution des taux, il reste le premier choix pour 22% de nos concitoyens. Au même moment, 27% des Belges s’inquiètent de l’impact de l’inflation, à savoir l’érosion de leur épargne. Malgré cette inquiétude, à peine 13% des personnes interrogées disent rechercher des solutions alternatives au compte d’épargne.

Pour 100 euros, vous pouvez déjà obtenir une part d’un fonds mixte (actions, obligations, etc.).
Vincent Juvyns
Stratégiste JPMorgan Asset Management

Passivité et ignorance

"Les épargnants belges sont passifs", constate Vincent Juvyns. Cela semble s’expliquer en partie par leur manque de connaissances. "De nombreux épargnants – c’est-à-dire 43% des participants à l’enquête – avancent comme principale raison le fait qu’ils ne disposent pas de sommes importantes, 26% indiquent avoir peur de perdre de l’argent, et 22% estiment qu’ils ne disposent pas de connaissances suffisantes."

Les épargnants belges sont passifs.

C’est bien entendu étonnant, car jamais les investissements n’ont été aussi accessibles. "Pour 100 euros, vous pouvez déjà obtenir une part d’un fonds mixte (actions, obligations, etc.). Vous pouvez également investir dans un plan d’épargne de fonds à raison de 10 euros par mois. Qui parle de sommes importantes?" s’interroge Vincent Juvyns.

Le stratégiste souligne qu’il est important d’investir pour ses vieux jours. "Aux Pays-Bas, certaines pensions de fonctionnaires ne sont plus indexées. En France, la fiscalité des pensions est en train d’être modifiée. Cette évolution doit nous inciter à être vigilants et à nous constituer une poire pour la soif, en plus de la pension légale. Ce n’est pas un luxe."

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés