Les grands fonds souverains de Singapour

Temasek Holdings, créé en 1974, était à l’origine un conglomérat investissant essentiellement dans les entreprises locales avant de devenir un fonds souverain et de commencer à investir à l’étranger. ©EPA

Singapour dispose de deux grands fonds souverains, qui ont pour particularité de pouvoir prendre de grandes positions dans les entreprises où ils décident d’investir.

Temasek Holdings, créé en 1974, était à l’origine un conglomérat investissant essentiellement dans les entreprises locales avant de devenir un fonds souverain et de commencer à investir à l’étranger. Temasek est devenu un acteur important dans la défense des sociétés de Singapour face aux appétits éventuels venant de l’international et dans l’acquisition d’intérêts stratégiques dans des entreprises étrangères. Ce fonds ne bénéficie d’aucun apport de la part des autorités, et ses actifs sous gestion se montent aujourd’hui à 194 milliards de dollars.

Fiche technique
  • Nom: GIC et Temasek Holdings (Singapour)
  • Stratégie: Les deux fonds se caractérisent par leur volonté de prendre des participations significatives dans les sociétés.
  • Principales positions en actions (Temasek): Alibaba, Ping An, Standard Chartered, Singapore Airlines, Gilead Sciences, Repsol.

Temasek est un fonds très transparent, qui investit près de 40% dans des sociétés non cotées et 30% dans des participations cotées dans lesquelles la participation est supérieure à 20% du capital. Le fonds est majoritairement investi en actions, avec une majorité de participations dans les pays asiatiques (70%). Au niveau sectoriel, ce sont les valeurs financières et les télécoms qui sont privilégiées. Depuis son lancement, ce fonds a réalisé une performance de 15% (en dollar singapourien).

Le Government of Singapore Investment Corporation (GIC) fut créé quant à lui en 1981, et investit les excédents dégagés par la balance commerciale du pays, avec des actifs sous gestion qui atteignent aujourd’hui près de 350 milliards de dollars. GIC est nettement moins transparent, avec un horizon d’investissement fixé à 20 ans par le gouvernement de Singapour qui en fait un acteur de long terme assez conservateur quand il prend une position dans une entreprise.

Le portefeuille est exposé à 65% aux actions, avec une répartition géographique orientée vers les marchés occidentaux (45%) et émergents (30%), le solde étant investi en actions non cotées. Comme dans la plupart des fonds souverains, une partie de la diversification des actifs se dirige naturellement vers les actifs immobiliers bien situés dans les grandes villes occidentales comme Londres ou New York.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés