Publicité
Publicité
mon argent

Misez sur la baisse de l'euro avec votre portefeuille

©Bloomberg

Ces derniers mois, l’euro a perdu beaucoup de terrain face aux autres devises. Pour profiter de cette tendance, il convient aussi de diversifier son portefeuille de fonds.

La monnaie unique européenne a perdu du terrain par rapport à de nombreuses devises ces derniers mois. Jeudi, le cours de l’euro a poursuivi sa chute après l’annonce par la Banque Centrale Européenne (BCE) de sa décision d’affecter 1.140 milliards d’euros au rachat d’obligations. Depuis le début du mois de mai 2014, l’euro a enregistré un recul de plus de 17% par rapport au dollar américain.

Mais le dollar n’est pas le seul à damer le pion à l’euro. D’autres devises se sont invitées dans la danse. La semaine dernière, la banque centrale suisse a décidé de ne plus s’en tenir au "cours plancher" du franc suisse, provoquant une chute de l’euro par rapport à la monnaie helvétique.

Publicité

Est-il possible de profiter de cette baisse via l’achat de fonds? Les rendements des fonds donnent à penser que la réponse est positive. Le mois dernier, les fonds obligataires suisses ont offert un rendement de 20%, exprimé en euros. Quant aux fonds d’obligations en dollars américains, ils ont affiché un rendement (exprimé en euros) de 7% en douze mois.

D’autres devises aussi

Koen Van de Maele, responsable des fonds à revenu fixe chez Candriam, juge pertinent de prendre également en compte les autres devises. "Puisque l’on part du principe que l’euro peut continuer à baisser, nous conseillons aux investisseurs d’inclure d’autres devises dans leur portefeuille", explique-t-il. Il y a différentes manières de le faire. "Les fonds obligataires qui se concentrent sur une seule devise sont une option, mais uniquement pour le long terme. Nous privilégions les fonds où le risque de change est suivi de manière dynamique. Ces fonds gèrent activement leur portefeuille et profitent des opportunités à court terme. Les fonds à rendement global (ou total return) en sont un bon exemple", poursuit-il.

Confirmation chez KBC. "Nous ne trouvons pas que c’est une bonne idée de miser uniquement sur les taux de change. Lorsque nous donnons des conseils en matière de fonds investis dans une seule devise, nous analysons son évolution, mais aussi le taux pratiqué sur les marchés, explique la banque. Il nous arrive de conseiller ces fonds, mais uniquement pour une partie du portefeuille, et en tenant compte du profil de risque de l’investisseur. Étant toujours favorables à une diversification sur le plan des devises, nous avons plutôt tendance à proposer des fonds diversifiés."

Risque de change

Le mot est lancé. Car ceux qui misent sur les cours de change prennent évidemment des risques. "Les cours de change sont un numéraire, pas un actif. Le risque de change dans un portefeuille peut donc accroître le risque global, même si on peut être en droit d’attendre qu’il soit rémunéré. Dans ce cas, cela signifierait qu’un investisseur européen pourrait s’attendre à obtenir un meilleur rendement d’un investissement en dollars qu’un investisseur américain", explique-t-on chez KBC. La banque admet que cette hausse du risque peut être atténuée par une bonne diversification.

KBC et Candriam sont positifs par rapport au dollar américain. Pour Koen Van de Maele, il existe un bon moyen d’investir en dollars américains tout en profitant de coupons relativement généreux: "achetez un fonds qui investit en obligations de pays émergents émises en dollars. Vous combinerez ainsi un beau coupon et le potentiel de hausse du dollar", conclut-il.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.