"Nous ne sommes pas des activistes"

Ann Steele ©rv

"Investir dans des entreprises européennes est la manière idéale d’investir dans le monde entier." C’est pour cette raison que le gestionnaire de fonds David Dudding, de Columbia Threadneedle Investments, est fan d’actions européennes.

L’équipe de Columbia Threadneedle Investments, spécialisée en actions paneuropéennes, compte 26 collaborateurs, qui ont en moyenne 16 ans d’expérience. Ensemble, ils visitent quelque 1.500 entreprises par an à la recherche de perles boursières européennes. "Car avec les entreprises européennes, vous achetez aussi une partie du reste du monde. Leur marché domestique étant souvent trop petit, elles ont tendance à rechercher la croissance en dehors de leurs frontières. Une entreprise comme Kellogg’s n’en a pas vraiment besoin, avec son marché de 330 millions d’Américains, alors que pour Nestlé, le marché suisse est beaucoup trop restreint", explique David Dudding, gestionnaire de fonds chez Columbia Threadneedle.

Comment se déroule le processus de sélection? "Nous cherchons les entreprises de qualité qui affichent de généreux cash-flows et dont le management investit de manière judicieuse", explique la gestionnaire de fonds Ann Steele, qui gère le fonds Columbia Threadneedle Pan European Fund.

Unique

"Quand nous parlons d’entreprises de qualité, nous faisons allusion à celles qui bénéficient d’un avantage concurrentiel, ce qui leur permet d’engranger de meilleurs résultats. En règle générale, nous nous basons sur une plus longue période que celle utilisée habituellement par les marchés", poursuit Ann Steele. "Nous apprécions la croissance, mais uniquement si elle a du sens. Il doit s’agir de croissance durable", ajoute David Dudding.

Columbia Threadneedle Investments
  • Issue de la fusion en 2015 des sociétés sœurs Columbia Management et Threadneedle Investments
  • Gère 485 milliards de dollars
  • Possède des bureaux dans 18 pays
  • Se concentre sur la gestion active
  • Est détenue par la société américaine Ameriprise Financial

"Les entreprises de qualité réussissent à faire croître les revenus et les cash-flows, quel que soit le contexte. C’est pourquoi nous regardons surtout les entreprises qui ont déjà prouvé qu’elles pouvaient s’adapter à différentes circonstances de marché et qui ont une certaine spécificité", poursuit Ann Steele.

"Après des années de croissance, tout le monde s’attend à un recul de l’économie. La seule question qui se pose, c’est de savoir quand cela arrivera. Notre stratégie d’investissement consiste à rechercher les entreprises qui croissent indépendamment de la conjoncture économique", renchérit David Dudding.

"Je considère les gestionnaires de fonds comme des skippers. Et que fait un skipper? Il sort, quel que soit le temps. Il étudie les conditions météo et décide s’il peut naviguer toutes voiles dehors."
Ann Steele
Gestionnaire de fonds chez Columbia Threadneedle

Et Ann Steele de choisir une métaphore marine: "Je considère les gestionnaires de fonds comme des skippers. Et que fait un skipper? Il sort, quel que soit le temps. Il étudie les conditions météo et décide s’il peut naviguer toutes voiles dehors."

Pas de services aux collectivités

Ann Steele ne s’intéresse pas aux sociétés de services aux collectivités. "Entre autres à cause des réglementations dans le secteur, mais aussi parce que ce ne sont pas des entreprises en croissance et que nous les trouvons trop chères. On ne trouve pas davantage de banques sur sa "wish list". Les institutions financières doivent revenir à leurs fondamentaux au lieu de vouloir prêter de l’argent au monde entier."

51
Le Threadneedle Pan European Fund compte 51 actions.

Chaque année, l’équipe paneuropéenne de Columbia Threadneedle passe au crible près de 500 entreprises. Elle se concentre surtout sur les moyennes et grandes entreprises. Pour l’instant, le fonds comprend 51 noms. Un panier diversifié, avec peu de corrélation entre les entreprises.

Threadneedle Pan European Fund
  • Fonds d’actions
  • Lancé en octobre 1999
  • Investit au moins 2/3 de ses actifs dans de grandes entreprises européennes et britanniques
  • Taille du fonds: 295 millions d’euros
  • 51 noms en portefeuille

Le fonds détient par exemple des actions Adidas, Ryanair, ASML, L’Oréal, Amundi et Galapagos. Récemment, Ann Steele a également acheté des actions Adyen, le spécialiste néerlandais des paiements qui a fait son entrée en Bourse ce mois-ci. "L’action et le secteur où la société est active sont pour nous plus importants que le pays où l’action est cotée."

La durée du processus de sélection varie. "La recherche et l’analyse des entreprises sont la partie la plus facile de notre travail. Mais ce qui est important, c’est la valorisation et le timing. Il arrive qu’après analyse, nous décidions d’investir dans une entreprise, mais que cela ne se fasse pas parce que nous trouvons l’action trop chère ou que ce n’est pas le bon moment de prendre une position", explique Ann Steele.

Litige

Le fonds paneuropéen Threadneedle détient certaines entreprises depuis des années. "Nous prenons notre bénéfice ou nous renforçons nos positions, plutôt que d’échanger une action contre une autre." De ce fait, Ann Steele n’hésite pas à défendre les intérêts des actionnaires minoritaires.

Elle cite l’exemple du groupe suisse Sika, spécialisé en produits chimiques pour la construction et détenue en portefeuille depuis 18 ans. Fin 2014, la multinationale française Saint-Gobain avait annoncé qu’elle avait conclu un accord avec l’actionnaire familial – la famille Buckard – portant sur le rachat de ses actions Sika. Il s’agissait d’une participation de 17%, mais avec 53% des droits de vote. Au grand dam des autres actionnaires, dont Columbia Threadneedle Investments, Fidelity International et la fondation Bill & Melinda Gates. Après une bataille de près de quatre ans, le conflit a pris fin le mois dernier. "Nous ne sommes pas des activistes, mais lorsque nous estimons qu’une entreprise se fourvoie, nous optons pour la défense."

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content