Bilan Fonds | Les profils dynamiques ont redressé la tête

Les fonds mixtes flexibles ont modéré leur exposition directe aux marchés boursiers mais ça ne veut pas dire qu'ils sont sans risque. ©REUTERS

De nombreux Belges privilégient encore les fonds flexibles. Les investisseurs ont continué à réaliser des arbitrages entre produits performants et décevants.

Les fonds mixtes flexibles restent des produits très populaires chez les investisseurs belges. Les chiffres publiés trimestriellement par la BEAMA (Belgian asset managers association) montrent une progression régulière des fonds d’allocation mixte dans le total de l’actif net des fonds commercialisés en Belgique.

Alors qu’ils ne représentaient que 25 à 30% des encours il y a une décennie, ils pèsent désormais près de 50% du marché (102 milliards d’euros sur 209 milliards d’euros à la fin du premier semestre 2020).

2,7%
Les fonds flexibles ont dégagé une performance annuelle moyenne de 2,7%.

Objectif atteint

Les performances de ces fonds mixtes flexibles durant la crise du coronavirus ont encore démontré leurs qualités inhérentes. Sur l’échantillon de 76 fonds flexibles que nous utilisons pour cette analyse (47 fonds flexibles, 19 fonds d’épargne-pension et 10 fonds flexibles/revenus), seulement 13 ne sont pas parvenus à afficher une performance positive durant l’année écoulée.

Et avec une performance moyenne de 2,7% durant les 12 derniers mois, cette catégorie de produits a de nouveau atteint ses objectifs de défense du patrimoine des investisseurs avec une prise de risque nettement plus modérée que par une exposition directe sur les marchés boursiers.

Alors que les fonds défensifs et prudents dominaient largement le classement à la fin juin, ce sont les fonds dynamiques et flexibles qui ont terminé l’exercice 2020 en trombe.

La volatilité moyenne tourne autour de 11% pour ces produits mixtes, contre des niveaux compris entre 15 à 25% pour les fonds investis en actions qui étaient repris dans le classement des 100 meilleurs fonds de l’année 2020 que nous avons publié samedi dernier. Le profil de ces produits est donc nettement moins susceptible de donner constamment des sueurs froides aux investisseurs, ce qui ne veut toutefois pas dire que ces produits flexibles sont sans risque.

Hiérarchie bouleversée

Toutes les catégories de fonds mixtes ont très bien rebondi après un premier semestre très difficile, durant lequel les produits repris dans notre échantillon avaient reculé de 5,2% en moyenne. La hiérarchie a toutefois été très largement bouleversée depuis la fin du mois de juin. Alors que les fonds défensifs et prudents dominaient largement le classement à la fin juin, ce sont les fonds dynamiques et flexibles qui ont terminé l’exercice 2020 en trombe, en ligne avec les performances explosives enregistrées sur certains segments des marchés boursiers.

17,3 milliards
d'euros
Le secteur des fonds d’épargne-pension a vu ses encours progresser à 17,3 milliards d’euros durant le second semestre.

Quant aux performances des différents segments du marché des fonds, il semble que les fonds d’épargne-pension aient davantage marqué le pas durant l’année écoulée. Si les performances sont repassées dans le vert, elles sont restées loin derrière la moyenne des fonds flexibles. Seuls les fonds défensifs (un groupe dans lequel nous trouvons des produits comme Ethna Aktiv, M&G Optimal Income ou DNCA Eurose) ont réalisé de moins bonnes performances que les fonds d’épargne-pension.

Cette performance en demi-teinte n’a toutefois pas empêché le secteur des fonds d’épargne-pension de voir ses encours encore progresser nettement, de 15,7 milliards d’euros à la fin du premier semestre, à 17,3 milliards d’euros durant le second semestre. C'est un nouveau record pour cette catégorie qui continue de bénéficier de son avantage fiscal pour attirer toujours davantage d’investisseurs.

Fonds prudents boudés

Pour la catégorie des fonds flexibles, les investisseurs ont continué de privilégier les produits plus dynamiques. Tous les fonds prudents (20 à 50% en actions) pour lesquels nous disposons de données ont ainsi vu leurs actifs sous gestion diminuer durant les 12 derniers mois, avec, par exemple, des baisses de 787 millions d’euros pour Invesco Pan European High Income et de 1,6 milliard d’euros pour DNCA Invest Eurose.

"Nous constatons d’importants mouvements en faveur des produits plus dynamiques et flexibles."

Dans la catégorie des fonds d’allocation modérée (typiquement entre 50 et 70% en actions), la situation est plus contrastée, la plupart des fonds ayant stabilisé leurs encours, en partie grâce à la remontée des cours durant le second semestre, à l’exception toutefois notable de Nordea 1 - Stable Return qui a vu ses pertes s’accentuer durant le second semestre, pour perdre au total plus de 2 milliards d’euros sur l’année.

Allocation dynamique

Enfin, du côté des fonds mixtes d’allocation flexible (qui peuvent faire varier leur allocation entre 20 et 80% tant sur les actions que sur les obligations), nous trouvons les véritables vainqueurs de l’année, qui ont vu leurs encours progresser beaucoup plus rapidement que l’évolution de leur valeur d’inventaire: Flossbach von Storch Multiple Opportunities (+3,3 milliards d’euros), BL Global Flexible (+300 millions d’euros), PIMCO GIS Dynamic Multi Asset (+2,9 milliards d’euros), DNCA Invest Evolutif (+142 millions d’euros) ou R-Co Balanced (+246 millions d’euros).

+3,8%
Les fonds flexibles spécialisés dans la distribution d’un revenu régulier ont dégagé un rendement moyen de 3,8%.

Quant aux fonds mixtes agressif (jusqu’à 90% en actions), ils ont généralement maintenu leurs encours sur l’exercice écoulé (en tenant compte de la hausse des marchés). Pour l’ensemble des produits que nous suivons, nous constatons donc d’importants mouvements en faveur des produits plus dynamiques et flexibles, et principalement vers ceux qui ont historiquement pu afficher des performances attirantes tant dans les bonnes que dans les mauvaises années. Les produits qui ont affiché des performances décevantes durant les derniers exercices ont été lourdement pénalisés.

Contrat rempli

Pour ce qui est du segment des fonds flexibles spécialisés dans la distribution d’un revenu régulier, il faut rappeler que la performance pure n’est pas souvent leur principal objectif. Ils vont typiquement utiliser une diversification maximale du portefeuille pour s’exposer à un grand nombre de classes d’actifs générant un revenu attractif et qui ne sont généralement pas accessibles à des investisseurs particuliers, comme par exemple, les projets d’infrastructure, la dette privée, les obligations catastrophe, etc.

À l’exception d’un seul fonds, tous ces produits ont terminé l’année sur une évolution positive de leur cours (+1,4% en moyenne), avec, notamment, des hausses de plus de 2% pour des produits comme Invesco Global Income, First Eagle Amundi Income Builder ou BlackRock Global Multi Asset Income. En dégageant un rendement moyen qui a atteint 3,8%, ces produits restent donc un moyen attractif de positionner une partie importante de votre épargne vu le faible attrait des solutions obligataires "sans risque" basées sur les dettes souveraines.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés