Les 5 actions préférées de Laurence De Munter

©Avalon.red

Membre du comité d’investissement chez Stevens & De Munter.

BMW

Le principal constructeur au monde de voitures de luxe souffre aujourd’hui de facteurs externes, dont la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, les réglementations sur les véhicules au diesel en Europe, et le Brexit. L’émergence des voitures électriques et autonomes nécessite d’importants investissements en recherche et développement. Avec 45% des titres aux mains des actionnaires familiaux, BMW réussit à augmenter chaque année son chiffre d’affaires. Le lancement de nouveaux modèles, comme la X7, un ratio cours/bénéfice parmi les plus bas du secteur, et un rendement élevé du dividende (5,4%) font de BMW un investissement intéressant.

Reckitt Benckiser

Laurence De Munter ©RV DOC

L’entreprise britannique est connue pour ses produits dans les soins de santé (Nurofen, Gaviscon et Durex), et des produits d’hygiène (Harpic, Finish et Vanish). Grâce à ses marques fortes, Reckitt Benckiser (RB) affiche une des meilleures marges opérationnelles du secteur. L’entreprise a récemment publié d’excellents résultats pour 2018, avec un équilibre quasi parfait entre le chiffre d’affaires réalisé en Europe, aux Etats-Unis et dans les pays émergents. L’incertitude quant au nouveau CEO, la scission possible de l’entreprise en deux divisions – Consumer Health et Hygiene – ainsi que le Brexit pèsent sur le cours. Toute clarification est susceptible de donner un coup de pouce à RB.

Solvay

Avec des activités dans les secteurs automobile, aéronautique, santé, pétrole et gaz dans 61 pays, Solvay propose la plus vaste gamme de produits et de formules chimiques par rapport à ses concurrents. 90% des produits Solvay font partie du top 3 de leur segment et l’entreprise affiche une des plus belles marges bénéficiaires du secteur. Solvay joue aussi un rôle important dans les batteries "next generation" pour les voitures électriques/hybrides, où la société attend une croissance de 30% par an au cours des dix prochaines années. Sous la direction du Dr. Kadri, le nouveau CEO, Solvay s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 1 million de tonnes à l’horizon 2025.

Bayer

Depuis la perte de son procès sur les risques potentiels de cancer liés à l’utilisation du désherbant Roundup, Bayer a perdu un tiers de sa valeur boursière. Nul ne peut dire à l’heure actuelle combien l’entreprise devra débourser dans le cadre des futurs procès, mais en tant que principal acteur du secteur agricole, l’entreprise bénéficie d’une forte position sur le marché. De plus, seuls 25% du chiffre d’affaires proviennent du secteur agricole, le solde étant réalisé dans le domaine des soins de santé. Avec plusieurs projets intéressants en perspective, comme un médicament contre le cancer et la digitalisation du secteur agricole, Bayer a encore de beaux jours devant elle.

Facebook

Avec plus de 1,3 milliard d’utilisateurs quotidiens, le propriétaire d’Instagram et de Whatsapp détient un monopole unique. De plus, Facebook est très rentable, avec une marge Ebitda de 52% et une croissance du chiffre d’affaires de 37% en 2018. L’entreprise est cependant de plus en plus confrontée au renforcement des réglementations, en particulier sur le plan de la protection et de la sécurisation des données. Facebook prend les mesures nécessaires et aujourd’hui, 30.000 des 35.000 collaborateurs travaillent dans le département Security and Safety. Facebook continue à se développer à un rythme soutenu, et un ratio cours/bénéfice de 21 n’est certainement pas exagéré.

Publicité
Publicité

Echo Connect