analyse

2018 Annus horribilis pour les fonds alternatifs

©REUTERS

La vague de ventes qui a déferlé sur les Bourses au 4e trimestre de l’an dernier a également touché les fonds d’investissement alternatifs. Globalement, ils ont enregistré une perte de 5% et enregistré des flux sortants de 8%.

L’an dernier, les fonds alternatifs n’ont pas réussi à défendre leur réputation de fonds défensifs, comme nous avons pu le constater début avril à l’occasion d’un événement organisé à Bruxelles par LuxHedge. Après dix années de croissance à deux chiffres, l’augmentation du nombre de fonds alternatifs a nettement ralenti l’an dernier. Pour la première fois de leur histoire, ils ont également enregistré des sorties nettes de capitaux de près de 8%, essentiellement à partir d’octobre, c’est-à-dire au cours du tristement célèbre quatrième trimestre, au moment où les inquiétudes à propos de l’impact des guerres commerciales lancées par le président Trump et d’un possible ralentissement de la croissance mondiale ont fait reculer les marchés d’actions.

Tim Vanvaerenbergh, le CEO de LuxHedge, attribue en grande partie la chute des fonds alternatifs au "changement brutal du sentiment des marchés".

©Mediafin

Sur le plan du rendement, il n’y a en effet pas de quoi pavoiser. Un atout important des fonds d’investissement alternatifs, c’est qu’ils promettent des "rendements absolus", mais cette promesse n’a pas été tenue en 2018. Les fonds ont en moyenne affiché un rendement négatif de 4,5%, ce qui reste malgré tout beaucoup moins mauvais que les pertes de 14,3% de l’indice MSCI Europe. Si l’on compare le ratio entre MSCI Europe et l’indice global de LuxHedge, on peut conclure que 2018 fut la pire année qu’ait connue le groupe.

Différences marquées

"En principe, on peut dire que les fonds alternatifs ne suivent pas les marchés. Certains fonds ne sont pas totalement neutres par rapport au marché et ont subi une partie de la baisse", explique Vanvaerenbergh. La baisse des résultats en 2018 s’explique surtout par le changement subit du sentiment au cours du quatrième trimestre, pour lequel de nombreux gestionnaires ne s’étaient pas positionnés. Autre raison: les stratégies davantage corrélées aux marchés sont devenues plus populaires.

"La baisse des résultats des fonds alternatifs en 2018 s’explique surtout par le renversement subit du sentiment de marché."
Tim Vanvaerenbergh
CEO LuxHedge

On trouve cependant des différences marquées entre les différentes catégories de fonds alternatifs. Elles sont visibles dans l’évolution des actifs sous gestion. Les fonds de type "Multi Asset Long/Short" ont enregistré des sorties de 38%, tandis que la catégorie "Discretionary Macro" (qui mise volontairement sur les tendances macroéconomiques, NDLR) a vu les capitaux gérés augmenter de 50%. Selon Tim Vanvaerenbergh, cela s’explique surtout par la très grande popularité d’un gestionnaire. "Ceux qui réussissent à obtenir de bons résultats au milieu des tempêtes attirent tout d’un coup énormément de capitaux."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect