Cap sur les technologies qui changent le monde

©Bloomberg

De nombreuses entreprises actives dans les technologies "disruptives" ont subi de sérieux revers lors des dernières turbulences boursières. Si les perspectives restent bonnes à long terme, il faut malgré tout veiller à séparer le bon grain de l’ivraie.

©Bloomberg

Cela fait belle lurette que le gestionnaire de patrimoine suisse Pictet Asset Management joue la carte des fonds d’investissement thématiques, avec un focus tout particulier sur les technologies "disruptives". Les fonds thématiques essaient d’identifier les tendances structurelles à long terme et sont par définition destinés à être conservés longtemps en portefeuille. D’autant que le secteur technologique fluctue très fortement en Bourse. Début juin, les dieux de la technologie américains Amazon, Facebook et Alphabet (Google) ont subi des revers lorsque les autorités ont manifesté l’intention de limiter leur position dominante. De plus, de nombreuses petites entreprises en croissance ne survivent pas, d’où la nécessité de se montrer très sélectif.

"Les utilisateurs d’internet consomment en moyenne 1,5 gigaoctet par jour. Ce trafic augmente en moyenne de 50% par an."
Anjali Bastianpillai
Gestionnaire chez Pictet Asset Management

Anjali Bastianpillai est impliquée dans la gestion de trois fonds Pictet: Technologie digitale, Sécurité et Robotique. Elle explique leur stratégie: "Avec Pictet Digital, nous investissons dans des entreprises internet offrant des services interactifs. Nous n’investissons donc pas dans celles qui produisent elles-mêmes des puces électroniques ou des équipements de télécommunication. La mondialisation d’internet soutient la croissance. La génération Z, qui a grandi avec internet, représente 26% de la population mondiale. Quelque 98% de ces jeunes possèdent un smartphone. La moitié d’entre eux passent 10 heures par jour sur internet et 70% regardent quotidiennement YouTube pendant plus de deux heures. Les utilisateurs d’internet consomment en moyenne 1,5 gigaoctet par jour. Ce trafic augmente en moyenne de 50% par an. On peut donc parler de croissance structurelle, souvent accompagnée de marges plus importantes que dans les secteurs traditionnels. Toutefois, les publicités en ligne ne représentent actuellement que 37% de l’ensemble des budgets publicitaires et le commerce en ligne 11% des ventes au détail. Les investissements dans les services de ‘cloud’, quant à eux, représentent à peine 7% des investissements dans l’informatique. Pour profiter de cette vague attendue, nous sommes investis dans des entreprises du style du groupe internet chinois Baidu. Et dans Facebook, au firmament du secteur des publicités en ligne. Nous sommes également présents dans le producteur de jeux vidéo Nintendo et dans le spécialiste des paiements en ligne Paypal. Mais aussi dans de plus petites entreprises, comme AthenaHealth, qui numérise les dossiers des patients, et Teladoc, une PME qui accélère et améliore les processus de recherche de médicaments grâce au numérique."

 

Sécurité

Le fonds Pictet Security investit dans des entreprises qui protègent les systèmes, les personnes et les organisations. "Nous voyons des opportunités à trois niveaux, explique Anjali Bastianpillai. Tout d’abord, dans les nouvelles technologies qui créent de la confiance, comme la protection des données personnelles, les paiements électroniques ou l’assistance à la conduite en voiture. Le phénomène d’urbanisation crée des opportunités également, en particulier dans les pays émergents. De plus en plus de personnes vivent dans des habitats denses et on organise de plus en plus d’événements de masse, qui exigent une sécurité accrue. Ensuite, le renforcement des réglementations ouvre des portes. Les législateurs sont de plus en plus exigeants. En France par exemple, l’e-call est devenu obligatoire dans tous les véhicules neufs: on doit pouvoir appeler un numéro d’urgence, y compris s’il n’y a pas de téléphone à bord."

Le fonds investit aussi dans les services, la sécurité informatique et la protection physique, allant des casques aux airbags, en passant par les systèmes de contrôle d’accès. La principale participation du fonds est Thermo Fisher Scientific, une société américaine qui produit des instruments d’analyse pour les laboratoires. Elle est suivie par Palo Alto Networks, un spécialiste en pare-feu.

Wall Street domine

Les actions américaines occupent une place prépondérante dans les trois portefeuilles (jusqu’à 74% dans le fonds Security). "Les entreprises américaines sont dominantes dans les nouvelles technologies, poursuit Anjali Bastianpillai. Mais dans le secteur de la robotique, nous sommes par exemple fans du groupe allemand Siemens, même s’il reste un conglomérat qui dépasse la seule automatisation industrielle. Sa filiale Siemens Healthineers est très bien positionnée dans les robots médicaux, un des segments affichant la plus forte croissance (+23% par an). La firme suédoise Elekta, qui développe des robots de précision et des systèmes d’irradiation pour lutter contre le cancer, est une de nos entreprises préférées."

Investir dans  les méga tendances technologiques

 Le gestionnaire de patrimoine suisse Pictet Asset Management s’est spécialisé dans les fonds thématiques axés sur la "disruption".

Pictet Digital se focalise sur la numérisation de la société, comme l’e-commerce et les publicités en ligne. Le fonds gère 3,2 milliards d’euros d’actifs.

Pictet Security se concentre sur les besoins en matière de sécurité, tant digitale que physique, et gère 4,3 milliards d’euros.

Pictet Robotics investit dans les entreprises spécialisées dans les robots et la technologie liée aux robots. Il comptabilise 4,9 milliards d’euros d’actifs.

 

La principale position du fonds Robotics est une entreprise qui ne fabrique pas de robots, mais qui, selon Pictet, est la plus grande société spécialisée en intelligence artificielle (IA): Alphabet. "Nous considérons le holding Google comme une entreprise 100% IA. Google est devenu le champion des algorithmes en tentant de connaître ses utilisateurs et internet afin d’en tirer un maximum de profit."

Publicité
Publicité

Echo Connect