"Des biotechs chinoises? Non merci!"

Coach (sacs à main et parfums) est une division du groupe français Interparfums, une des small caps préférées du gestionnaire de fonds Aberdeen Standard Investments. ©Bloomberg

"Il n’est pas nécessairement plus risqué d’investir dans de petites capitalisations que dans de grandes entreprises. Tout dépend de la manière dont vous investissez", estime Graham McCraw, gestionnaire de fonds chez Aberdeen Standard Investments.

Aberdeen Standard Investments est né en 2017 de la fusion entre Aberdeen et Standard Life, qui a donné naissance à la deuxième plus grande maison de fonds en Europe, après Amundi. Le groupe, dont le siège social est situé dans la ville écossaise d’Edimbourg, gère 560 milliards d’euros. En plus de son expertise sur les marchés émergents et dans le segment des fonds mixtes, le groupe s’est construit une solide réputation dans les small caps (petites capitalisations). Aujourd’hui, Aberdeen Standard Investments propose en Belgique six fonds de small caps, chacun d’eux étant axé sur une région spécifique.

Pour Graham McCraw, gestionnaire du fonds de small caps européennes, les petites actions sont un must dans un portefeuille diversifié. Pourquoi? "Tout d’abord, le potentiel de rendement à long terme est supérieur, comme les études l’ont prouvé. Cela s’explique par les plus grandes inefficacités qui se produisent sur ce type de marché", précise Graham McCraw.

"Les petites actions représentent 15% du marché sur base de la capitalisation boursière, mais 70% en nombre. Ces petites sociétés sont moins suivies par les analystes. Le nombre moyen d’analystes qui les suivent est de 6, contre 22 pour les grandes capitalisations", poursuit Graham McCraw.

"Une deuxième raison d’investir dans des petites actions, c’est la diversification." Enfin, le gestionnaire réfute un préjugé qui revient souvent à propos des small caps: "On pense à tort que ces petites actions sont plus risquées. Nous sommes convaincus que la gestion active, où l’on n’investit que dans des actions de qualité, réduit fortement les risques."

"Les entreprises ont davantage tendance à nous écouter si elles savent que nous souhaitons rester actionnaires pendant au moins dix ans."
Graham McCraw
Gestionnaire de fonds chez Aberdeen Standard Investments

Aberdeen Standard Investments sélectionne les actions sur la base d’une stratégie clairement définie, où la qualité joue un rôle crucial. "Nous cherchons des entreprises dont la croissance des bénéfices est constante, qui jouissent d’avantages concurrentiels tenables à terme, qui disposent d’une bonne équipe de management et qui respectent les règles de bonne gouvernance", explique Graham McCraw. Ces critères éliminent déjà de nombreuses entreprises. "Sur les dix dernières années, nous avons constaté que les small caps ayant affiché les meilleurs résultats étaient pour la plupart des entreprises de biotechnologie chinoises. Mais nous ne voulons pas y investir parce qu’elles ne répondent pas à nos critères", explique Graham McCraw.

Directeur financier

Pour illustrer l’importance de la qualité du management, Graham McCraw cite un exemple: "Sur base de notre modèle, une entreprise allemande sortait du lot. Lorsque nous sommes allés la visiter, le directeur financier avait quitté la société et quand nous avons demandé qui le remplaçait, on nous a répondu que le directeur général reprendrait temporairement la fonction. Pour nous, ce fut un argument suffisant pour ne pas investir. Nous préférons éviter les entreprises gérées de cette manière."

En plus de la qualité, le gestionnaire examine également la pérennité de la croissance et le momentum, en d’autres termes, l’orientation du cours de l’action et l’évolution de l’opinion des analystes.

Lors de la première sélection, différents facteurs sont analysés grâce à un modèle quantitatif qui sélectionne 200 actions dans un panier de 1.000 entreprises. Cette première sélection est suivie par une analyse qualitative qui réduit le nombre d’actions à 40 — 70 titres qui seront repris dans le fonds.

"Pour nous, la valorisation est secondaire. Il nous arrive souvent d’acheter des actions à un prix record."
Graham McCraw
Gestionnaire de fonds chez Aberdeen Standard Investments

Le choix des actions va de pair avec un engagement à long terme. "Nous n’achetons pas pour revendre un an plus tard. Nous investissons à long terme, ce qui fait une grande différence. Les entreprises ont davantage tendance à nous écouter si elles savent que nous souhaitons rester actionnaires pendant au moins dix ans."

Il est intéressant de souligner que la valorisation des actions est secondaire dans le processus de sélection. "Nous achetons souvent des actions à des prix élevés. Il va de soi que nous réalisons préalablement une analyse complète, mais le fait qu’une action se négocie à un prix élevé est souvent justifié. Et pour les petites capitalisations qui sont bon marché, il existe souvent une explication à cette décote", explique McCraw.

Pas d’actions belges

A noter que le fonds de small caps européennes ne comprend aucune action belge. "Nous n’avons rien contre les actions belges, mais nous ne voyons aujourd’hui aucune opportunité", explique le gestionnaire. Parmi ses actions préférées, on trouve entre autres Teleperformance, une entreprise française créée en 1978. "L’entreprise est devenue le leader mondial dans le secteur des call centers. Elle est active dans 60 pays et offre des services dans plus de 200 langues. Le fondateur travaille encore dans l’entreprise", explique Graham McCraw. Parmi les autres participations, on trouve la banque italienne Finecobank. "Cette banque en ligne a développé un excellent modèle opérationnel et augmente régulièrement sa part de marché." Dernier exemple: le groupe français Interparfums. "L’entreprise vend des parfums, mais ce sont surtout ses flacons originaux qui font fureur", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect