Quels fonds choisir pour contrer les taux bas?

©REUTERS

Trois classes de fonds permettent de redonner un peu de vigueur à votre épargne avec une relative sécurité. Aperçu des formules et de leur rendement.

La politique menée par les grandes banques centrales a exercé une pression importante sur les taux obligataires et la perspective d’une récession économique laisse peu d’espoir aux investisseurs allergiques à la prise de risque. Les fonds de placement offrent toutefois plusieurs alternatives lorsqu’il s’agit de trouver des produits qui font preuve de résistance en période de grande volatilité tout en dégageant du rendement et/ou de la performance lorsque les marchés évoluent de manière plus apaisée.

Sur un horizon de trois à cinq ans, ces fonds devraient continuer à afficher des performances satisfaisantes.

Nous avons identifié trois classes de fonds qui permettent d’investir avec une relative sécurité. Comme les gestionnaires d’actifs aiment toutefois le rappeler fréquemment, la performance passée de ces produits ne permet pas de présager de leur performance future. La plupart n’ont d’ailleurs pas réussi à surnager en 2018, lorsque la plupart des classes d’actifs ont piqué du nez.

Sur un horizon de trois à cinq ans, ces fonds devraient cependant continuer à afficher des performances satisfaisantes, alors que votre patrimoine s’effritera progressivement sous l’effet de l’inflation si vous restez cantonnés aux bons de caisse. Avec un rendement proche de 0% sur les placements sans risque et une inflation de 1,5% sur le long terme, votre patrimoine aura naturellement perdu 25% de son pouvoir d’achat durant les vingt prochaines années.

Les fonds obligataires diversifiés

Cette classe de fonds, devenue très populaire ces dernières années, va chercher du rendement sur les segments du marché obligataire où il est encore possible d’en trouver, par exemple la dette d’entreprises ou les pays émergents. "L’obligataire au niveau global est une classe d’actifs très diversifiée qui permet d’atténuer les phases de volatilité dans les portefeuilles, souligne Nick Hayes, gestionnaire du fonds Axa WF Global Strategic Bonds. La composition de notre portefeuille, varie fortement en fonction du positionnement dans le cycle. Et nous sommes aujourd’hui positionnés de manière très prudente. Le risque d’une récession dans les 12 à 18 prochains mois n’a plus été aussi élevé depuis plusieurs années".

Chez Invesco, Garreth Isaac, gestionnaire du fonds Invesco Global Flexible Bond, souligne que les produits obligataires flexibles sont ceux qui rencontrent le plus de succès, au détriment des fonds traditionnels (emprunts souverains). "La volatilité de l’environnement économique et politique donne aujourd’hui l’avantage aux fonds flexibles qui profitent des opportunités qui se présentent".

Dans le tableau, nous avons repris un échantillon de fonds obligataires globaux immunisés contre les fluctuations de l’euro sur le marché des changes, en donnant la préférence au volet de distribution afin de montrer le rendement annuel brut qu’il est possible d’obtenir avec ce type de produits, soit en moyenne une performance annualisée de 1,7% accompagnée d’un rendement de 2,7%.

©MEDIAFIN

Les fonds flexibles prudents

Si les fonds flexibles sont devenus particulièrement populaires auprès des investisseurs belges, c’est que leur politique d’allocation d’actifs leur permet de traverser plus aisément les périodes de forte volatilité, voire (pour certains d’entre eux) de se replier totalement sur des placements monétaires si le besoin s’en fait sentir. Nous avons porté notre attention dans ce segment sur les fonds les plus défensifs, qui ne dépassent pas une exposition de 50% sur les marchés boursiers, l’objectif étant d’arriver à maintenir le capital tout en participant aux mouvements haussiers des marchés.

La distribution d’un rendement ne sera généralement pas l’objectif principal des gestionnaires de ces produits. Ces fonds prudents ont globalement réalisé des performances conformes aux attentes, avec des progressions moyennes tournant entre 2 et 2,5% sur des horizons de 3 à 5 ans. Le capital des investisseurs a donc été bien défendu, avec une appréciation qui a dépassé le rythme de l’inflation.

"À l’heure actuelle, notre allocation maximise notre exposition aux marchés boursiers, souligne Philipe Champigneulle, gestionnaire de DNCA Eurose. Il est aujourd’hui clair que la performance passée de la branche obligataire pourra difficilement être réitérée dans le futur. Il faudra donc s’habituer à plus de volatilité dans les performances, mais les fonds prudents restent une manière intéressante de venir vers les actions sans s’exposer à l’ensemble du risque de cette classe d’actifs".

©MEDIAFIN

Les fonds "income"

À côté des fonds flexibles prudents, il existe une autre gamme de produits visant à dégager un rendement attrayant pour les investisseurs, en diversifiant encore plus largement l’exposition des classes d’actifs au moyen d’immobilier, d’infrastructure ou de classes obligataires plus exotiques (comme les obligations catastrophe ou le leasing).

"Pour dégager du rendement à l’heure actuelle, il est important d’être flexible au niveau des classes d’actifs et d’avoir un positionnement global, souligne Lewis Aubrey Johnsen, Head of Fixed Income Products chez Invesco. C’est pourquoi nous avons décidé en 2014 de lancer une stratégie globale à côté de notre stratégie européenne et que nous utilisons aujourd’hui une proportion croissante d’actions, qui est devenue une classe d’actifs incontournable pour dégager un dividende attrayant." L’exposition aux actions de 37% du fonds Invesco Global Income Fund est ainsi responsable de près de la moitié du rendement de 4% distribué annuellement. "L’écart historiquement élevé entre le rendement des obligations et celui des actions pourrait encore renforcer le rôle de ces dernières dans le futur".

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect