Publicité

Une stratégie d'Oddo BHF pour miser sur l’avenir de l’alimentation

Au cours des dernières années, grâce à plusieurs acquisitions, le gestionnaire d'actifs franco-allemand Oddo BHF AM s’est transformé en un acteur de taille moyenne dans le secteur, avec 63,5 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Oddo propose 18 fonds dans notre pays. Trois questions à son CEO, Nicolas Chaput.

1. Quels sont les principaux domaines d’expertise d’Oddo BHF AM?

Nicolas Chaput: "Nous sommes un gestionnaire d'actifs indépendant. Le groupe est détenu par la même famille depuis cinq générations. En outre, les collaborateurs détiennent 25% des actions. Cette indépendance nous permet de suivre notre propre stratégie et de définir nos propres accents."

"Nous sommes actuellement spécialisés sur le marché européen où nous nous focalisons sur les petites et moyennes capitalisations, qui recèlent encore beaucoup de valeur ajoutée pour les analystes et gestionnaires de fonds. Dans le segment des plus grandes sociétés (large caps), nous appliquons une stratégie quantitative. En effet, nous trouvons qu’il est plus difficile d’y créer de l’alpha étant donné que le marché est déjà très mature. Dans le segment obligataire, nous sommes surtout spécialisés dans les obligations à haut rendement, où nous faisons partie des cinq plus grands acteurs en Europe."

2. Pour vos fonds mixtes, vous appliquez une approche durable. Sur quoi se base-t-elle?

Chaput: "Avec nos fonds mixtes – commercialisés sous la marque Oddo BHF Polaris –, nous nous distinguons de nombreux autres fonds mixtes par notre approche durable. Nous appliquons une politique ESG dite "significative". En d’autres termes, nous cherchons les acteurs les plus durables au sein des secteurs et des segments. À cette fin, nous avons développé notre propre système de rating."

"Dans notre politique de durabilité, nous accordons énormément d’importance à la qualité de la gouvernance. De nombreux acteurs “ESG” (Environnement, Société et Gouvernance) s’intéressent surtout au “E” d’Environnement et donc aux problématiques liées au climat. Grâce à notre analyse de durabilité, nous cherchons à obtenir le label de Febelfin pour nos fonds mixtes. Nous estimons que ce label est un des plus progressistes en Europe."

3. Vous proposez également des fonds thématiques. Avez-vous des projets en préparation?

Chaput: "Nous avons défini notre univers d’investissement selon des thèmes. Nous proposons par exemple un fonds qui mise sur l’intelligence artificielle et un fonds axé sur la “planète verte”. Et nous préparons une offre sur la thématique d la révolution alimentaire. La chaîne alimentaire et notre assiette prennent de plus en plus d’importance. Nous voulons adapter cette stratégie et la proposer à nos réseaux de distribution."

"Aux côtés de nos fonds thématiques, nous accordons également de plus en plus d’attention aux sociétés non cotées, car elles jouent un rôle important dans la diversification des portefeuilles. Dans le Private Equity (actions non cotées) et la Private Debt (obligations non cotées), nous avons acquis une nouvelle expertise pour nos portefeuilles à la suite de récentes acquisitions. Nous nous occupons nous-mêmes du segment “Private Debt” tandis que nous misons sur le Private Equity en investissant dans des produits gérés par des gestionnaires spécialisés."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés