Umicore à l'honneur dans le fonds durable d'ASI

Umicore joue un rôle important dans la percée des voitures électriques. ©Photo News

Dans le fonds relativement récent Global Equity Impact d’Aberdeen Standard Investments, la deuxième place est occupée par le groupe belge Umicore, spécialisé en technologie des matériaux.

À l’instar de ses confrères, Aberdeen Standard Investments joue de plus en plus la carte des investissements ESG (Environnement, Société et Gouvernance). "Aujourd’hui, nos clients ont d’autres attentes envers leur gestionnaire d’actifs. Ils ne se contentent plus de bons résultats à long terme, mais souhaitent également que leur argent soit investi de manière durable", explique Ross McSkimming, responsable des investissements en actions chez ASI, née l’an dernier de la fusion entre Standard Life et Aberdeen Asset Management.

Pour trouver des entreprises qui répondent à ces critères, ASI a opté pour une approche intégrée. En d’autres termes, les paramètres ESG sont pris en compte tout au long du processus d’investissement. Pour y arriver, ASI s’appuie sur une cinquantaine d’experts en ESG. "Nous n’utilisons pas de système de filtres, même si c’est facile et rapide. Nos spécialistes sont impliqués dans toutes les phases de recherche", précise Ross McSkimming. Lorsqu’ASI investit dans une entreprise, elle l’en informe. "En cas de problème, nous utilisons nos droits de vote. Si l’entreprise ne suit pas nos recommandations, il nous arrive de sortir de nos positions."

Global Equity Impact

Plus qu’un simple fonds ESG

  • Le fonds a été lancé il y a un an par Aberdeen Standard Investments.
  • Ce fonds durable n’investit que dans des entreprises qui réalisent plus de la moitié de leur chiffre d’affaires dans l’économie circulaire.
  • La deuxième position du portefeuille n’est autre qu’Umicore, considérée comme un investissement à long terme.

Les derniers développements en termes de stratégie d’investissement durable chez ASI se sont traduits par la création du fonds Global Equity Impact. Ce fonds a été lancé en octobre 2017 et comptabilise aujourd’hui quelque 10 millions d’euros d’actifs sous gestion. L’objectif du fonds est de sélectionner des entreprises qui contribuent à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies, à l’exception de "la paix, la justice et les services publics de qualité". "En tant que gestionnaire de fonds, notre marge de manœuvre est inexistante dans ces domaines". Pour faciliter la gestion et adapter ces valeurs au monde de l’investissement, ASI a défini huit piliers qui portent chacun sur des objectifs précis, comme l’économie circulaire, l’énergie durable, l’alimentation et l’agriculture, l’immobilier durable, etc.

Dans un vivier de 3.000 entreprises, les analystes d’ASI en ont sélectionné 750 jugées dignes d’intérêt. Après analyse de leur impact, ils en ont retenu 120. Parmi ces 120 finalistes, 40 ont obtenu une place dans le portefeuille du fonds.

Umicore

L’action Mastercard représente actuellement la principale position du portefeuille, suivie par le groupe belge de matériaux Umicore. "Umicore est une des premières actions recommandées par nos analystes. L’entreprise tire près de 60% de son chiffre d’affaires de la réduction de l’empreinte environnementale des voitures et 30% du recyclage des métaux. Umicore joue aussi un rôle important dans la percée des voitures électriques", explique Ross McSkimming. Il ne s’inquiète pas du récent recul du cours de Bourse: "Nous considérons Umicore comme un investissement à long terme."

Paiements mobiles

Autre investissement remarquable: Safaricom, le numéro huit du portefeuille. Safaricom est le plus grand opérateur de télécoms au Kenya et compte Vodafone comme actionnaire de référence. Il doit surtout son étiquette "d’entreprise avec impact" à sa filiale M-Pesa, avec M pour "mobile" et Pesa pour "argent" en swahili. Grâce à ce service financier mobile, les utilisateurs disposent d’un "compte bancaire" propre, sur lequel leur employeur peut verser leur salaire et avec lequel ils peuvent réaliser des transferts d’argent et payer leurs achats. Cela leur permet d’intégrer la communauté bancarisée. Dans un pays comme le Kenya, qui compte peu d’agences bancaires, ces services financiers mobiles représentent un outil essentiel pour améliorer le niveau de vie des habitants

Autre participation à noter: Costa Group, à ne pas confondre avec la chaîne de café britannique reprise plus tôt cette année par le groupe Coca-Cola. Il s’agit ici d’un groupe australien qui applique des techniques d’avant-garde à la culture de fruits et de légumes. Ils font pousser entre autres des tomates sans terre, ce qui permet d’apporter des nutriments directement aux plants, mais aussi et surtout de réduire de 90% la consommation d’eau.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content