Vitali Kalesnik: "Le bitcoin est à exclure des portefeuilles d’investissement traditionnels"

©rv

"Plus un produit d’investissement est populaire, plus il risque de se transformer en bulle spéculative. De mon côté, j’estime que le bitcoin n’a pas sa place dans les portefeuilles, car il n’a aucune valeur en soi", estime Vitali Kalesnik, directeur de recherche pour l’Europe chez Research Affiliates, un fournisseur de trackers qui comptabilise 145 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Trois questions à Vitali Kalesnik, directeur de recherche pour l’Europe chez Research Affiliates.

1. Il y a déjà quelques semaines, vous avez mis en garde contre le fait que le bitcoin pouvait se transformer en bulle spéculative. Pourquoi?

"Le bitcoin ambitionne de devenir une monnaie digitale anonyme assortie de coûts de transaction très faibles. De cette façon, il pourrait constituer une meilleure couverture contre l’inflation que les monnaies traditionnelles émises par les gouvernements. Dans la pratique, il se révèle être une devise très volatile et spéculative dont la valorisation commence à avoir des allures de bulle. En outre, il n’offre qu’un anonymat relatif et contribue d’une manière extrême au réchauffement de la planète.

"Quant à la protection contre l’inflation que le bitcoin prétend garantir, ce serait plutôt le contraire."
Vitali Kalesnik

Quant à la protection contre l’inflation que le bitcoin prétend garantir, ce serait plutôt le contraire. Le cours du bitcoin a commencé à monter en avril 2020, au moment où le risque de déflation a augmenté. Et le prix a récemment diminué lorsque la crainte de l’inflation a commencé à s’intensifier. Vu sa faible valeur fondamentale et ses risques élevés, le bitcoin ne mérite pas une place dans un portefeuille traditionnel.

2. Croyez-vous à la technologie de la blockchain?

Absolument. La blockchain et les financements décentralisés sont des innovations importantes qui ne doivent pas être ignorées par les investisseurs. Les solutions offertes par ces technologies peuvent réduire sensiblement les frais de transaction et augmenter la liquidité. Elles peuvent aussi améliorer l’accès aux marchés des capitaux et permettent de garantir plus d’anonymat au niveau des transactions. Et même si cet anonymat est parfois utilisé à mauvais escient par des criminels, la grande quantité de données stockées fait contrepoids dans les transactions sur la blockchain.

"Plus il deviendra tangible, plus sa valorisation aura des chances de se stabiliser."
Vitali Kalesnik

Pour résumer, ce n’est donc pas parce que le bitcoin est un investissement très spéculatif assorti d’une valeur intrinsèque plus qu’incertaine que tous les investissements qui se font dans la sphère de la blockchain le sont également. Plus il deviendra tangible, plus sa valorisation aura des chances de se stabiliser.

3. Que pensez-vous de l’impact du bitcoin sur l’environnement?

Sur le plan du réchauffement climatique, la contribution du bitcoin est comparable à celle d’un pays de taille moyenne. La consommation d’électricité du bitcoin correspond à celle de pays comme la Suède ou l’Argentine. La Suède compte 10,3 millions d’habitants qui, avec la même quantité d’énergie que le bitcoin, génèrent un PIB de 531 milliards de dollars (2019).

La quantité d’électricité nécessaire pour alimenter le réseau du bitcoin – soit 10 fois plus que la consommation de Google – pourrait être utilisée pour alimenter 39% de tous les centres de données mondiaux. Ces derniers ont clairement une valeur ajoutée, alors que le bitcoin est un actif volatil qui encourage la spéculation.

Fonds

  • Interview avec Carine Smith Ihenacho, responsable des investissements durables au sein du plus grand fonds souverain du monde
  • Copycat : 3 trackers investissant en actions américaines
  • Baromètre boursier: La boule de cristal des maisons de fonds pour le deuxième semestre

Le supplément Fonds, ce mercredi 16/6, gratuit avec L'Echo.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés