Votre fonds d’épargne-pension est-il trop cher?

©Filip Ysenbaert

Le nouveau gouvernement fédéral s’est fixé comme objectif de revoir les coûts liés à l’épargne-pension. Les gestionnaires de fonds de pension estiment que ces coûts sont conformes au marché et n’ont pas l’intention de les modifier.

Une petite phrase – mais néanmoins importante – dans l’accord de gouvernement a attiré l’attention des citoyens qui épargnent pour leur pension: "Les coûts (droits d’entrée, frais de gestion, etc.) facturés par les établissements financiers dans le cadre des deuxième et troisième piliers seront identifiés, analysés et, le cas échéant, des mesures seront prises."

Fonds

  • Interview avec Deborah Fuhr, fondatrice du cabinet de recherche ETFGI: "Les fonds passifs se prêtent parfaitement à une gestion active"
  • Combien coûte votre fonds d'épargne-pension?
  • Les fonds préférés de Hans Heytens (Merit Capital)

Le supplément Fonds, ce mercredi 21/10, gratuit avec L'Echo.

Mais à combien se montent ces frais exactement? Tout dépend du type de produit. Les frais facturés dans le cadre du deuxième pilier (pension complémentaire via l’employeur) sont différents de ceux du troisième pilier (épargne-pension individuelle). Dans ce dernier groupe, il faut également distinguer les fonds d’épargne-pension et les assurances épargne-pension.

Pour cet article, nous nous sommes limités aux fonds d’épargne-pension. Selon les informations clés pour les investisseurs, les frais annuels récurrents varient entre 1,04 et 1,69%. Ils ne comprennent cependant pas les frais de transactions payés par les fonds. Dans la plupart des cas, il s’agit de quelques points de base. Chez Banque Delen par exemple, les frais annuels, frais de transactions inclus, se montent à 1,24%. S’ajoutent encore les droits d’entrée. Ils ne sont payés qu’une seule fois et varient de 0 à 3% selon l’émetteur. Seuls Argenta, Dierickx Leys et un fonds de Belfius ne facturent pas de droits d’entrée.

Les émetteurs des fonds ne voient aucune raison de modifier ces coûts. "Les coûts liés à nos fonds d’épargne-pension sont conformes au marché et comparables par exemple aux autres fonds d’épargne-pension et aux autres fonds d’investissement dont la gestion est similaire à la nôtre. Nous ne prévoyons pas de les modifier. Nous examinons régulièrement notre structure de coûts, nous la passons au crible et nous l’ajustons si nécessaire", explique-t-on chez Belfius.

Différents intervenants

Même son de cloche chez d’autres émetteurs qui se réfèrent également à l’augmentation des frais de fonctionnement. "Les frais sont la conséquence d’un travail énorme effectué par différents intervenants. Il s’agit d’honoraires de conseils en investissement et en gestion financière, mais aussi de frais administratifs, de garde, d’analyse de durabilité, de mise en place des nouvelles réglementations et d’infrastructure informatique. Une partie importante de ces frais sont versés à ces différentes parties pour les services fournis", précise Isabelle Heyndrickx de VDK.

Mais comment justifier les 3% de droits d’entrée alors que de plus en plus de versements se font automatiquement? "Il est vrai que la majorité des versements sont des ordres permanents, mais le traitement opérationnel et administratif de ces ordres est le même que pour les transferts manuels", répond-on chez Belfius. Chez BNP Paribas Fortis, on estime également que ces frais sont justifiés. "N’oubliez pas qu’il s’agit de petits montants qui sont généralement versés en plusieurs fois, jusqu’à 12 fois par an. Pour un versement de 990 euros, nous facturons 28,73 euros de frais. De plus, ce montant doit également couvrir les frais administratifs, par exemple l’envoi de l’attestation fiscale au client et des informations à l’administration publique", explique-t-on chez BNP Paribas Fortis.

«Les frais sont le reflet d’un travail énorme effectué par différents intervenants.»
Isabelle Heyndrickx
VDK

On peut cependant s’étonner que Belfius propose des fonds avec des droits d’entrée de 3% et d’autres sans droits d’entrée. "La raison est historique: le fonds Belfius Pension Fund Balanced Plus a été lancé plus tard. Sa gestion n’est pas identique à celle des deux fonds précédents et génère plus de frais. Pour compenser, nous avons décidé de ne pas facturer de droits d’entrée", explique un porte-parole. "Entre-temps, nous avons modifié et réduit les frais de gestion, sans pour autant ajouter de droits d’entrée."

Certaines banques facturent également des frais lorsque les épargnants transfèrent leurs réserves vers un fonds d’épargne-pension d’une autre banque. Chez BNP Paribas Fortis, ces frais se montent à 150 euros. Parfois, ces coûts sont pris en charge par la banque réceptrice. C’est notamment le cas chez Argenta, Belfius et VDK.

Enfin, certaines banques accordent une prime aux épargnants qui transfèrent leurs réserves chez elles. Chez CBC, le client qui transfère la totalité de son fonds d’épargne pension reçoit une prime de 100 euros. Chez ING, les clients peuvent profiter actuellement d’un "cash back" de 40 euros s’ils ouvrent un nouveau plan d’épargne pension. "Il s’agit d’une offre temporaire qui dure jusqu’au 22 novembre 2020", précise-t-on chez ING.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés