4 milliards économisés grâce aux taux faibles

©BELGA

La faiblesse des taux d'intérêt font épargner 4 milliards d'euros à l'Etat, soit 1% de son PIB.

Les faibles taux d'intérêt dont la Belgique a pu bénéficier lui ont permis d'épargner 4 milliards d'euros, ressort-il du rapport annuel 2015 de l'agence de la Dette.

Cela correspond à 1% du PIB. En d'autres termes, les faibles taux d'intérêt ont permis au gouvernement de limiter le déficit budgétaire à 2,6% au lieu de 3,6%, explique Jean Deboutte, directeur de l'agence de la Dette. A plus long terme, les taux d'intérêt peu élevés ont permis d'épargner jusqu'à 40 milliards d'euros.

Jean Deboutte explique toutefois que les faibles taux d'intérêt sont le résultat d'une croissance économique modérée, ce qui entraîne des taux de croissance encore faibles pour l'économie belge. "Une croissance plus élevée du PIB aurait été plus avantageuse pour la Belgique. Les 4 milliards d'euros épargnés grâce aux faibles taux d'intérêt représentent une compensation pour la perte sur la croissance."
 
La Belgique a pu non seulement emprunter à des taux d'intérêt très faibles, mais aussi à un taux d'intérêt négatif à court terme. Elle a donc dû rembourser moins que ce qu'elle a emprunté. Cette année, cela a livré jusqu'ici un rendement de 68,94 millions d'euros. En 2015, ce rendement s'est élevé à 57,97 millions d'euros.

L'agence de la Dette tente, dans le contexte actuel de taux d'intérêts extrêmement faibles, d'allonger la durée moyenne de la dette. A la fin de l'année 2015, la durée de vie moyenne était plus élevée que jamais, s'élevant à près de 8 ans. En 2015, les émissions à long terme ont atteint 39,09 milliards d'euros. La durée de vie moyenne des nouvelles émissions a très légèrement diminué en 2015 pour atteindre 13,5 ans, contre 14 en 2014, qui était une année record.

La tendance semble se poursuivre en 2016: actuellement, 21,04 milliards d'euros ont été placés avec l'émission d'obligations à un taux d'intérêt moyen de 1,09% et une durée de vie moyenne de 20,3 ans. L'émission d'obligations à 50 ans a été particulièrement intéressante cette année pour le Trésor.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés