Publicité
Publicité

Euronext, l'action qui monte, qui monte...

©BELGA

Depuis son introduction en Bourse en juin 2014, le titre a bondi de plus de 68%. Il bénéficie de l’effet "spin off" mais aussi du relèvement des objectifs de réduction de coûts et de marge.

Le titre Euronext a bondi ce mercredi, suite à l’annonce de ses résultats pour l’ensemble de l’année 2014. Il a grimpé de presque 10% en séance pour terminer sur une progression de 7,19% à 33,98 EUR. Depuis son introduction en Bourse le 19 juin 2014, l’action Euronext a gagné près de 70%, dépassant les attentes des analystes. Pour rappel, Euronext est le groupe qui rassemble les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne. En juin 2014, il a été scindé du groupe IntercontinentalExchange, spécialisé dans les dérivés sur l’énergie. Emilie Feldman, une chercheuse à la Wharton Management School, a constaté que les sociétés scindées ont tendance à mieux performer en Bourse sur le long terme. Après avoir étudié plus de 200 spin off, elle a relevé que dans 92% des cas, les sociétés se scindent pour pouvoir se recentrer sur leurs activités clés, ce qui se traduit par des performances en Bourse supérieures à celles du marché. Le Boston Consulting Group indique dans une autre étude que les sociétés scindées améliorent en moyenne leur profit opérationnel de 15,1% un an après l’annonce de leur scission, et que, sur cette période, le cours de Bourse de ces actions grimpe aussi.

Cet effet spin-off joue donc sur le titre Euronext. Entre décembre 2013 et décembre 2014, le profit opérationnel du groupe a augmenté de 3,97%.

Chez Alpha Value, on ne s’attendait pas à ce que l’action grimpe de plus de 60% en sept mois.

Hausse des objectifs

Ce mercredi, le PDG du groupe Dominique Cerutti a annoncé que l’objectif de marge d’ebitda (bénéfices avant impôts, intérêts et amortissements) a été porté à près de 53% en 2016, contre 45% précédemment. Le consensus Thomson Reuters anticipait une marge de 49,1% d’ici la fin 2016. Dominique Cerutti a également indiqué un supplément de 20 millions d’euros d’économies nettes d’ici la fin 2016, prévues initialement à 60 millions d’euros. Pour ce faire, le groupe va notamment déplacer son siège opérationnel de Paris à la Défense, sur le site "Praetorium". Et à Bruxelles, il va quitter le Palais de la Bourse pour le Marquis, près de la gare centrale, en mai prochain.

Le groupe a également souligné qu’il proposera un dividende de 0,84 euro par action, sous réserve d’approbation par les actionnaires lors de son Assemblée générale prévue le 6 mai.

Une hausse inattendue

Avec une progression de plus de 68% depuis son introduction en Bourse, le titre suscite toutefois des interrogations chez certains analystes. Chez CM-CIC Securities, la recommandation sur l’action a été abaissée à "conserver" contre "accumuler". Chez Alpha Value, même constat. Avec une valorisation de 22 fois les bénéfices de 2015, l’analyste du groupe juge le titre un peu surévalué. Il ne s’attendait pas à ce que le titre prenne 60% en sept mois, surperformant son secteur presque trois fois. Mais l’ensemble des analystes reste positif sur l’action Euronext.

[Suivez Jennifer Nille sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés