L'action Colruyt victime des attentes excessives des investisseurs

©BELGA

A la Bourse de Bruxelles, l'action Colruyt a chuté de plus de 10% ce mercredi, et ce malgré des résultats annuels en lignes avec les attentes. Explications.

Les communiqués publiés par Colruyt paraissent réglés comme du papier à musique. Pression sur les prix, forte concurrence, climat économique, et on en passe, sont depuis quelques années les mots auxquels le groupe de distribution a le plus souvent recours pour justifier la santé de ses affaires.

Le communiqué publié mardi en début de soirée ne fait pas exception à cela. La sanction a été du coup sans appel. L’action Colruyt a démarré la séance boursière d’hier sur un fameux dérapage qui l’a amenée, une heure après le début des transactions, sous la barre des 50 euros. Elle a terminé la journée en affichant un repli de 10,44% à 49,01 euros . Le plus important repli depuis la chute enregistrée le 28 juin 2011 (-12,8%) ou celle du 1er décembre 2008 (-12,15%).

Colruyt n’arrive pas à réitérer ses belles histoires de croissance des années 1990-2000.

Des chiffres pourtant plutôt bons

Cela dit, il serait bon de relativiser quelque peu la méforme de l’action Colruyt hier. Si on compare sa performance depuis la fin de l’année 2014 avec celles affichées par les titres de ses concurrents de l’indice Stoxx 600 de la distribution, il n’y a vraiment pas lieu de se voiler la face. Au cours des 18 derniers mois, elle a gagné plus de 30%. L’ensemble du secteur en Europe, lui, a pris à peine 1,5%. Mieux, l’action Colruyt caracolait mardi encore à ses plus hauts historiques. Elle était montée jusqu’à 54,98 euros.

Voilà pour l’aspect boursier de la chose. Du côté des résultats réalisés par la société lors de son exercice 2015-2016 et qui s’est achevé le 31 mars dernier, l’actionnaire n’a pas non plus de raisons de rougir. Chiffres d’affaires (+ 2,9%), Ebitda (+ 2,9%), résultat d’exploitation (+ 2,4%) et bénéfice net (+ 1%), les montants finaux ont tous progressé. Il s’agit pour le moins d’une belle performance étant donné, comme on l’a déjà souligné, l’environnement économique difficile et l’intense concurrence qui prévaut dans ce secteur ces derniers temps. Les chiffres communiqués il y a un an par le groupe pour l’année 2014- 2015 avaient été majoritairement en repli.

Colruyt a en outre aussi amélioré ses marges bénéficiaires. Cerise sur le gâteau, après deux années de stabilisation à 1 euro brut, le montant du dividende que Colruyt propose de verser aux actionnaires est en augmentation de 12% à 1,12 euro (0,8176 euro net). Il faut remonter à l’année 2010 pour trouver une croissance à 2 chiffres du montant du dividende. Et encore, elle n’était cette année-là que de 10,9%.

Valorisation élevée

©mediafin

Alors comment se justifie la chute de l’action Colruyt mercredi? On peut penser que les investisseurs avaient fait preuve d’un excès d’optimisme pour ce titre ces derniers mois. Ils ont de ce fait poussé un peu trop haut la valorisation du distributeur en Bourse. En raison de l’absence de dette, le groupe a toujours affiché un ratio cours/bénéfice (PER) élevé. Selon des données fournies par Bloomberg, ce ratio qui permet d’évaluer le degré de cherté d’une action s’est élevé à 17,9 en moyenne au cours des 10 dernières années. En d’autres termes, le distributeur se traitait en Bourse à 17,9 fois ses bénéfices.

Avec un ratio perché au-delà de 22 au début de cette semaine (au plus haut depuis 2006), l’action avait perdu une grande part de son attrait. Et cela, d’autant que le groupe n’arrive plus pour le moment à réitérer ses belles histoires de croissance qu’il avait connues au cours des années 1990-2000.

Entre l’exercice 2005-2006 et celui de 2010-2011, soit en 6 années, son chiffre d’affaires avait progressé de 52% et son résultat net ajusté de 47%. Si l’on compare les montants enregistrés lors de l’exercice 2010-2011 et celui qui vient de s’achever, ces pourcentages tombent respectivement à… 26% et 8%.

Pour autant, tout espoir de revoir à terme l’action Colruyt à ses plus hauts historiques n’est pas à perdre. Le groupe s’emploie à poursuivre son expansion. Via par exemple sa chaîne de produits biologiques Bio-Planet qui lui offre de meilleures marges bénéficiaires. Ou encore en ambitionnant d’ouvrir entre 5 et 10 points de vente Colruyt par an en France.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés