Mayne Pharma, le partenaire qui ouvre le marché US à Mithra

Le CEO de Mithra Pharmaceuticals, François Fornieri (à droite), et Marc Coucke (au centre), président de la société liégeoise spécialisée dans la santé féminine. ©Dries Luyten

Mithra s’allie au n°2 américain de la contraception orale pour commercialiser son anneau vaginal Myring aux Etats-Unis. Les premières livraisons devraient se faire au printemps 2018.

La société liégeoise Mithra Pharmaceuticals voit s’entrouvrir devant elle le marché américain. Elle vient de conclure un accord de licence exclusive avec la société Mayne Pharma , numéro deux américain des contraceptifs oraux, pour la commercialisation de son anneau vaginal Myring aux Etats-Unis.

La commercialisation de cette version générique de l’anneau Nuvaring, produit par le géant américain Merck, ne débutera qu’une fois expiré le brevet qui protège ce dernier, soit à partir d’avril 2018.

Souhaitant être prête dans les temps, Mithra compte soumettre son anneau vaginal contraceptif pour approbation marketing en Europe et aux Etats-Unis au deuxième trimestre de cette année.

Pour l’entreprise liégeoise, l’accord de partenariat exclusif avec Mayne Pharma, qui court sur une période de plus de 10 ans, permet de prendre les devants. "Plus on est présent tôt sur le marché, plus les perspectives de revenus sont importantes", souligne François Fornieri, l’administrateur-délégué de l’entreprise wallonne.

740 millions €
Le marché américain pour les anneaux contraceptifs biocompatibles est évalué à 740 millions d’euros.

10 millions d’euros minimum

L’accord prévoit le versement, par Mayne, d’un premier chèque de 2,4 millions d’euros à la signature, puis de paiements d’étape lors de l’approbation de l’autorisation de mise sur le marché par la FDA américaine, puis lors du lancement commercial de l’anneau. Mithra devrait ainsi recevoir au minimum 10 millions d’euros.

Mais les perspectives à moyen terme sont sans doute bien plus juteuses. Le marché américain pour les anneaux contraceptifs biocompatibles, c’est du lourd: il représente actuellement 740 millions d’euros de revenus, soit approximativement 30% du marché global total en volume et plus de 75% en valeur.

Difficile de dire à ce stade quelle part Mithra en retirera. Mais si le numéro deux de la contraception orale décide de se lancer sur le marché de la contraception hormonale, ce n’est à l’évidence pas pour jouer les utilités.

Selon nos informations, Mithra prévoit du reste d’accroître sa capacité de production d’anneaux Myring. Quand on sait que sa capacité actuelle sur le site de Flémalle est de plus de 2 millions d’anneaux par an, on peut imaginer que l’engagement de Mayne est substantiel. On parle de plus d’un million d’anneaux à fournir. De quoi laisser miroiter la perspective d’un nouvel essor (et de nouvelles embauches?) sur le site de Flémalle.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect