Wall Street attend beaucoup de la saison des annonces de résultats

©AFP

Le secteur de l’énergie (gaz et pétrole) et, comme c’est devenu une habitude, celui de la technologie seront ceux qui satisferont le plus leurs actionnaires.

Les sociétés cotées à Wall Street s’apprêtent à accomplir leur exercice trimestriel. Celui de communiquer sur l’évolution de leurs affaires au 4e trimestre de 2017 et, par la même occasion, sur l’ensemble de l’année écoulée. Selon des chiffres compilés par Bloomberg sur la base des projections établies par les analystes, les bénéfices des sociétés liées à l’indice S&P 500 devraient avoir progressé de 11,87% entre les mois d’octobre et de décembre sur des ventes en hausse de 6,2%.

Il s’agit à tout le moins d’une belle performance dans la mesure où l’économie américaine, qui est entrée dans sa 10e année de croissance, ne paraît pas donner de signes d’essoufflement. Elle reste malgré tout insuffisante pour rendre plus attrayantes les valorisations des sociétés cotées à Wall Street. Celles composant l’indice Dow Jones se traitent actuellement à 21,3 fois en moyenne les profits accumulés au cours des 4 derniers trimestres (octobre 2016 - septembre 2017). Pour celles du S&P 500, ce ratio monte à 23 et celles qui cotent sur la Bourse du Nasdaq à un vertigineux 69!

Dollar en repli et prix du pétrole en hausse

En 2016, les résultats de sociétés avaient été affectés par la hausse du dollar face aux principales devises du monde. Mais aussi par l’extrême faiblesse des prix du pétrole qui avaient touché des planchers incroyablement bas. Le baril de WTI était tombé jusqu’à 26,2 dollars.

Le retournement de cette situation auquel on a assisté en 2017 a du coup été une bonne chose pour beaucoup de sociétés américaines. Face à l’euro, le dollar a reculé de 15% en 2017 et le prix du baril de brut américain est remonté à 61,8 dollars. Il ne sera pas étonnant dès lors de constater dans les prochains jours que le secteur des sociétés actives dans l’énergie (gaz et pétrole) comptera pour beaucoup dans la hausse globale des résultats. Toujours selon un décompte effectué par Bloomberg, en excluant ce secteur des estimations bénéficiaires des analystes, la croissance des profits devrait revenir à 9,55% pour les sociétés du S&P 500.

Avec des résultats revenus au niveau de ceux du 2e trimestre de 2015, voire de ceux de la fin de 2014, Exxon (+ 13% pour le bénéfice par action attendu) et Chevron (+ 390%) feront partie des sociétés qui satisferont leurs actionnaires. Tout comme celles actives dans le pétrole de schiste comme Chesapeake, qui confirmera pour le 4e trimestre de suite son retour aux profits. Les groupes parapétroliers Schlumberger (+ 66%) et Baker Hughes ne seront pas en reste non plus.

Pour ce qui concerne les autres secteurs, celui des sociétés dites technologiques ne manquera pas de se mettre en avant. Facebook (+ 60%), Microsoft (+ 43%), Google (+ 33%), Intel (+ 16%) et Apple compteront parmi les champions de la croissance des affaires. Certains d’entre eux, à l’instar de Facebook et Microsoft, dévoileront des résultats records pour l’ensemble de 2017. De son côté, Tesla est attendu avec une perte trimestrielle record de 9,14 dollars par action.

Le compartiment de l’immobilier affichera encore de belles performances. Du fait d’un dernier trimestre difficile en 2016, le secteur effectuera un bon rattrapage. La tendance sera plus mitigée à la distribution. Walmart, dont l’action évolue à des sommets, annoncera une hausse de 4,7% de ses résultats finaux, Macey’s un rebond de 68%, mais Penney une baisse de 32%.

Au rayon des banques, la hausse des taux courts et la nécessité pour le secteur d’inscrire une charge ponctuelle dans les comptes du 4e trimestre pour refléter la dépréciation de crédits d’impôts différés après l’adoption le mois dernier de la réforme fiscale, affectera certains résultats bancaires. Récemment, Goldman Sachs a indiqué qu’elle amputera de ses résultats 2017 d’environ 5 milliards de dollars. Cet effet négatif exceptionnel s’explique essentiellement par une nouvelle taxe, mise en place par l’administration US pour faire rapatrier les bénéfices des multinationales aux Etats-Unis.

Caterpillar , qui profitera à fond de la réforme fiscale, publiera des profits trimestriels en hausse de 190%. Chez General Electric, ils seront par contre en baisse de 49%.

Enfin, cela ne manquera pas de surprendre à Wall Street, bien que les actions des sociétés actives dans l’armement évoluent à des pics historiques, les analystes tablent sur des bénéfices le plus souvent en baisse dans ce secteur. En particulier pour Boeing et Northrop Grumman. La personnalité instable de Donald Trump aurait-elle plus de poids que les performances bénéficiaires de ces sociétés?

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content